Le bâtiment régional s'oppose à une hausse de la TVA

 |   |  313  mots
Le gouvernement Ayrault a annoncé son intention de relever la TVA intermédiaire de 7% à 10% en 2014. La Fédération française du bâtiment du Languedoc-Roussillon et la Capeb LR parlent d'une mesure « arbitraire ».

Les suites données au Rapport Gallois par le gouvernement Ayrault ne ravissent pas l'ensemble des acteurs de l'économie française.

La Fédération française du bâtiment, par la voix de son président régional Jean-Claude Depoisier, s'inquiète de la hausse de la TVA intermédiaire de 7 à 10 % en 2014 :

« Des promesses ont été faites, selon lesquelles on ne toucherait pas à la TVA alors même qu'elle a été utile en termes d'emploi chez nous, à la différence d'autres secteurs.... Cette hausse aura immanquablement un impact négatif sur l'emploi. Au premier chef, elle pénalise à hauteur de trois points les gens qui feront des travaux de rénovation. »

Même son de cloche à la Capeb LR où Patrick Issaly, son président, trouve que le bâtiment a déjà payer son tribut à l'effort national :

« Ca fait une couche de plus. On avait déjà eu la première couche en passant de 5,5 % à 7 % cette année, et on aura une deuxième couche en 2014. On prend des coups à chaque fois. Les clients perdent du pouvoir d'achat. Ca finira de couler les artisans qui sont en grande difficulté. Les gens ne vont pas réduire leur enveloppe. Pour 2013, on était déjà sur une estimation de pertes d'activités. Pour 2014, ce sera pire ! On peut estimer les pertes à 1 000 ou 2 000 emplois en région. »

Et Jean-Claude Depoisier de renchérir :

« Les perspectives 2013 sont catastrophiques. Même en 1992, on ne sortait pas de statistiques aussi mauvaises. À Perpignan, les particuliers feront travailler des entreprises espagnoles. Elles ne facturent pas de TVA ! »

En Languedoc-Roussillon, le secteur du bâtiment regroupe quelque 55 000 actifs au sein de 29 000 entreprises. Le chiffre d'affaires de la filière est estimé par la Capeb LR à 4 milliards d'€ en région.

Thomas Tedesco

Légende : Le secteur du bâtiment craint 2 000 pertes d'emploi en région
Crédit photo : Edouard Hannoteaux

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :