Le cri d'alarme des travaux publics

 |   |  227  mots
Baisse de 7 % du chiffre d'affaires, perte de 1 500 emplois : 2009 n'a pas été une bonne année pour les travaux publics en Languedoc-Roussillon. Et ça ne devrait pas s'arranger...

C'est un véritable cri d'alarme que lance le président régional de la fédération des travaux publics (FRTP). « Il ne s'agit plus de ressentis mais d'une réalité bâtie sur les bilans 2009. Aujourd'hui, le carnet de commandes des entreprises est de 3 mois contre 5 en 2008 et 11 en 2007. Comme les collectivités locales décalent leurs projets et annoncent des baisses d'investissement, on pense que le recul va continuer », s'inquiète Jean-Michel Buesa, lequel rappelle que son secteur fait travailler au moins 12 000 salariés permanents en région. « Jusqu'ici les suppressions d'emplois ont principalement touché l'intérim. Mais là ce sont nos salariés qui risquent d'être touchés, soit à peu près 2 000 personnes », poursuit-il. Grâce au lancement de la ligne 3 du tramway l'année dernière et à l'achèvement de l'A75, l'Hérault a mieux tiré son épingle du jeu que les autres départements, mais il n'y a plus de tels chantiers en 2010 et les travaux pour la ligne TGV Nîmes-Montpellier-Perpignan ne sont toujours pas à l'ordre du jour. « Les collectivités ne doivent pas décaler leurs projets, demande-t-il. Nous leur demandons aussi une visibilité sur les appels d'offre à venir, de soutenir nos trésoreries en versant une avance de 20 % au démarrage des travaux et de ne pas tirer les prix vers le bas. »

Crédit photo : FRTP

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :