Le marché foncier « rural » se contracte

 |   |  211  mots
Les chiffres publiés par la SAFER(*) LR confirment la baisse, en 2009, du marché foncier tant en valeur (-17 %) qu'en surface (-22 %).

Amorcée en 2008, la baisse du marché foncier s'est donc poursuivie au cours de l'année 2009, en raison du fort impact de la crise économique et financière dans tous les secteurs, et plus particulièrement dans le secteur agricole.
D'après les chiffres de la SAFER dévoilés le 8 juin, les 23 000 hectares transmis en 2009 en Languedoc-Roussillon, dont plus de 5 550 ha par l'opérateur public, constituent le plus faible volume depuis 5 ans.
Si le marché agricole représente un peu plus de la moitié de ces superficies transmises (confirmant le rôle majeur de l'agriculture dans l'aménagement du territoire), les prix affichent une grande disparité.
La moyenne régionale se situe autour de 6 350 €/ha, mais le prix monte à 11 000 € dans les Pyrénées-Orientales et ne dépasse pas 5 000 € en Lozère.
Autre donnée à souligner, la poursuite de l'urbanisation des terres. « Ce phénomène préoccupant », selon la SAFER, a concerné 2 978 hectares de terres en 2009 donnant un taux supérieur à la moyenne nationale de 0,115 %.

Marie-Claire Pit

(*) Société d'aménagement foncier et d'établissement rural

Légende : Malgré un arrachage des vignes très poussé, le Languedoc-Roussillon reste un des plus grands vignobles au monde et offre de réelles opportunités d'installations.

Crédit photo : Edouard Hannoteaux

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :