Les priorités du nouveau préfet

 |   |  534  mots
Pour sa rentrée médiatique, Pierre de Bousquet, nouveau préfet de région nommé fin 2012, indique qu'il veut mettre l'accent sur l'emploi.

Lors du premier point presse organisé depuis sa nomination, le 19 décembre 2012, le nouveau préfet de région et préfet de l'Hérault Pierre de Bousquet a ébauché un programme d'actions sur 2013.

Quelles seront vos priorités ?
Dans le département de l'Hérault, il s'agit de l'emploi. Nous comptons toujours un taux de chômage très supérieur à la moyenne nationale. Nous avons, pour cela, des outils à disposition, tels que les divers contrats aidés et le contrat d'avenir. Sur ce dernier point, je rappelle que le Languedoc-Roussillon a la possibilité d'en signer jusqu'à 4 500, mais le mouvement démarre très lentement, avec seulement 30 contrats d'avenir signés en deux mois et demi dans l'Hérault. Il faut donc stimuler ces signatures auprès des premiers bénéficiaires que sont les collectivités et les grandes structures associatives. À long terme, le logement, le tourisme, l'agriculture, et la structuration des grands projets d'équipement et de transports tels que l'A9 désengorgée et une desserte ferroviaire de meilleure qualité, constitueront d'autres priorités.

Quid du logement ?
Il y a de fortes tensions sur l'habitat à Montpellier et sur d'autres zones. Le rythme de construction des logements sociaux, notamment, est insuffisant. Il faut construire davantage, et donc mobiliser les élus pour cela. L'État prendra sa part, en mettant des crédits et du foncier public à disposition. France Domaine a déjà identifié des terrains dans le portefeuille de l'État et de ses partenaires naturels que sont RFF et la SNCF. Nous pratiquerons des prix de cession aménagés, voire des cessions gratuites, pour faire baisser les coûts de construction. Sur le sujet de la concurrence exercée par les pays à bas coût de main d'œuvre, je me saisirai aussi du dossier.

Le tronçon de la LGV Montpellier-Perpignan n'est toujours pas confirmé par le gouvernement. Quelle est votre position ?
Il faut se souvenir qu'il y a en France dix fois plus de projets sous maîtrise d'ouvrage de l'État que de moyens pour les faire. Chaque fois que vous en retardez un, vous le condamnez car l'argent part aussitôt vers des dossiers déjà bouclés et plus consensuels. À ma connaissance, ce projet Montpellier-Perpignan est inscrit au Schéma national des infrastructures de transports et a fait l'objet d'un débat public. Il a déjà réuni un certain consensus sur le tracé et une première clef de financement. Le dossier me semble donc à peu près mûr. La proposition du Conseil régional de réduire la vitesse de circulation des trains pour baisser le coût de l'opération semble relever du bon sens, mais je fais observer que nous avons un projet défini et un tracé pour la grande vitesse. Si nous revenons dessus, il faudra rediscuter les emprises foncières déjà acquises, refaire les procédures administratives, ce qui implique un délai supplémentaire de plusieurs années. Je dois rencontrer les divers partenaires du projet sous peu pour évoquer ces questions.

Propos recueillis par Anthony Rey

Lire également :
Pierre de Bousquet de Florian nouveau préfet

Crédit photo : Préfecture de l'Hérault

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :