Matooma accélère et lève 1 M€

 |   |  440  mots
La start-up créée par Frédéric Salles et John Aldon réussit, dès son 2e exercice, une levée d'1 M€, officialisée jeudi 3 avril. Elle veut assurer sa croissance sur le marché des objets connectés, en forte hausse, et multiplie les contrats.  

Jeune start-up créée en 2012 à Montpellier, Matooma a bouclé un premier exercice très au-delà de ses prévisions, lui permettant de réaliser une levée de fonds dès l'entame du second exercice.

Annoncée ce jeudi 2 avril, cette levée de fonds, réussie auprès de Soridec et Jeremie LR (50 %) et de Sofilaro (50 %), s'élève à 1 M€. Conceptrice d'une solution de gestion d'objets connectés par cartes SIM, Matooma a réalisé 1,15 M€ de chiffre d'affaires en 2013, et anticipe 3,5 M€ en 2014.

Forte de 600 clients déjà signés, la start-up affiche un prévisionnel ambitieux : 6,3 M€ en 2015, 12 M€ en 2016 et 24 M€ en 2017. Employant actuellement une dizaine de personnes, Matooma boucle un plan de recrutement de 12 salariés supplémentaires, pour des fonctions support et surtout pour la prospection sur les marchés français et étrangers : quatre commerciaux sont recrutés pour la France, et quatre autres pour la Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Espagne et la Suisse.

« Le marché des objets connectés est en forte croissance, et notre produit a trouvé une vraie visibilité sur ce créneau, commente Frédéric Salles, P-dg de Matooma. Les opérateurs et les entreprises qui commercialisent des objets connectés depuis des années prennent aujourd'hui conscience de la complexité à gérer le parc de boîtiers installés. Le moyen le plus simple est la carte SIM, qui est au cœur de notre offre. Notre carte multi-opérateurs agrège les réseaux SFR, Bouygues et Orange de façon transparente. »

Les clients de Matooma se trouvent dans les secteurs de la santé, la sécurité, l'énergie et l'industrie. La start-up s'attaque aujourd'hui au marché du stationnement et du trafic routier (feux rouges, horodateurs, parkings...) dont elle cible les principaux opérateurs.


« Nous venons de signer un contrat avec Vinci Park portant sur au moins dix villes, confie Frédéric Salles. Nous allons également démarcher les constructeurs de ces appareils et automates, peu connus du grand public. »

Matooma se projette sur l'avenir et prépare déjà son déploiement, à moyen terme, sur le marché américain. Frédéric Salles étudie pour cela la faisabilité d'une deuxième levée de fonds, d'un montant de 10 M€, auprès de trois fonds d'investissement parisiens.

Le jeune P-dg a été récemment élu dans le Top 20 des personnalités françaises de l'internet des objets.

Retrouvez notre focus sur Matooma dans le nouveau numéro d'Objectif Languedoc-Roussillon, en kiosque le 5 avril.

Anthony Rey

Lire également :
Matooma fait dialoguer les machines

Légende : John Aldon et Frédéric Salles, fondateurs de Matooma
Crédit photo : Matooma

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :