Nouvelle Université de Montpellier : une fusion à 5,3 M€

 |   |  424  mots
Les présidents des Universités de Montpellier I et II ont présenté, le 27 janvier, les orientations du dernier comité de pilotage, qui a fixé l'organigramme des directions et services de la future NUM. Le nouvel ensemble disposera de 400 M€ de budget.  

Engagées dans un processus de fusion à deux (seul cas de ce type en France), les universités de Montpellier I et II ont présenté à la presse, le 27 janvier, les travaux du dernier comité stratégique formé dans cette perspective.

Censée être opérationnelle en septembre 2015 pour la prochaine rentrée universitaire, la NUM (Nouvelle Université de Montpellier) résultera de la fusion des structures dirigeantes des deux universités, à l'exclusion des organismes de formation et de recherche (UFR, instituts, écoles, facultés...) qui, eux, n'ont pas vocation à fusionner.

Ce comité stratégique a validé l'organigramme des 15 directions et des six services prochainement réunis dans le cadre de la NUM.

« Ce schéma de 21 structures réunira notamment des services de type classique tels que la DRH, la direction des affaires financières ou la recherche, mais il traduira aussi une véritable volonté d'adaptation avec des directions réunies sur des problématique telles que la vie du campus ou l'hygiène et la sécurité, indique Philippe Augé, président de l'UM1. Concrètement, on les retrouvera dans cinq grands ensembles dédiés à la recherche et la valorisation, à la formation initiale et continue, au parc immobilier, à la vie des personnels et à certaines fonctions transversales classiques. »

La suite du calendrier prévoit de déterminer le lieu d'implantation de ces directions et services en avril 2014, la nomination du personnel chargé de former les 21 nouveaux directeurs avant l'été, la publication du décret créant le nouvel établissement public en octobre, et la désignation d'un administrateur provisoire, d'ici la fin d'année, chargé de préparer l'élection des différents conseils et le budget 2015.

Treize groupes opérationnels, soit 200 personnes, travaillent actuellement sur ce processus de fusion. L'opération aura un coût financier estimé à 5,3 M€.


« Dans cette perspective, l'UM1 et l'UM2 ont déjà budgété 500 000 € de crédits spécifiques pour 2014, précise Michel Robert, président de l'UM2. Mais en 2015 et en 2016, le nouvel établissement devra dégager des moyens supplémentaires, car nous ne pourrons pas tout financer. Nous avons donc demandé un appui au ministère de l'Enseignement supérieur et aux collectivités. Nous sommes dans l'attente de signaux... »

La NUM disposera, à terme, d'un budget global de 400 M€, et gèrera 40 000 étudiants, 72 laboratoires de recherche.

Anthony Rey

Voir également :
Vidéo : le Club de l'éco sur la fusion entre universités et entre grandes écoles

Légende : Les présidents Philippe Augé (UM1) et Michel Robert (UM2)
Crédit photo : NUM

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :