Parité en économie : le Languedoc-Roussillon loin du compte

 |   |  354  mots
L'Observatoire de la parité du Languedoc-Roussillon présente jeudi prochain un rapport sur les femmes dans la sphère économique. Le constat n'est pas brillant. Sa présidente, Geneviève Tapié demande une loi et du volontarisme.

Il aura fallu plus d'un an à l'Observatoire de la parité du Languedoc-Roussillon pour collecter tous les chiffres sur la représentation des femmes dans la sphère économique régionale, qui seront dévoilés le 8 septembre.

Le rapport souligne qu'en Languedoc-Roussillon « le poids des femmes dans les mandats politiques est de près de 35 %, alors qu'il atteint à peine 20 % dans les mandats économiques. »

Les chiffres donnés par l'Observatoire de la parité du Languedoc-Roussillon sont les suivants :


- Conseil économique social environnemental régional (Ceser) : 66 hommes pour 22 femmes
- Chambres de commerce et d'industrie territoriales (CCIT) : 224 hommes pour 60 femmes (dont, pour les vice-présidences, 13 hommes et 2 femmes)
- Chambres de métiers et de l'artisanat (CMA) : 133 hommes pour 42 femmes

Le rapport épingle notamment le Ceser dont la composition a été renouvelée en 2010-2011 sans faire plus de place aux femmes, notamment dans le nouveau collège dédié à l'environnement.

« Il y avait quatre hommes pour une femme dans ce collège. Désormais, ce sont neuf hommes et une femme ! Or, ces personnes étaient nommées par le préfet. C'est regrettable que l'État ne fasse pas plus preuve de volontarisme en la matière », confie la présidente de l'Observatoire, Geneviève Tapié.

L'Observatoire de la parité préconise la mise en place, comme en politique, d'une loi sur la parité dans les mandats économiques. La loi du 27 janvier 2011 impose désormais l'égalité de représentation homme/femme au sein des conseils d'administration et de surveillance.

« En Languedoc-Roussillon, moins d'une dizaine d'entreprises sont soumises à cette loi. Or, elles font déjà quasiment toutes une place aux femmes, poursuit Geneviève Tapié. Il faut donc aller plus loin et imposer un scrutin de liste à la proportionnelle, comme aux élections régionales et municipales, aux mandats économiques. »

En Languedoc-Roussillon, 30 % des chefs d'entreprises de plus de 10 salariés et à peine 18,8 % des chefs d'entreprises de moins de 10 salariés sont des femmes.

Gwenaëlle Guerlavais

À lire également :
- Geneviève Tapié promue Officier de l'Ordre national du Mérite en 2009
- La parité remise en question en 2014 ?
- Un club de femmes se monte à Perpignan

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :