Port Camargue, nouvel ancrage économique pour la région ?

 |   |  466  mots
Une trentaine d'entrepreneurs du 1er port de plaisance d'Europe se sont retrouvés à Port Camargue, le 6 novembre 2012, pour la signature d'une convention de partenariat entre la CCI de Nîmes et la Fédération des industries nautiques. Un événement pour une filière en difficulté.

Alors que le président de la région Languedoc-Roussillon, Christian Bourquin, vient à peine de lancer l'idée d'un parlement de la mer, l'accord signé à Port Camargue par Henry Douais, président de la CCI de Nîmes et Colette Certoux, vice-présidente de la FIN (et élue référente déléguée pour le Languedoc-Roussillon) vise à donner à une filière, qui subit quelques avaries actuellement, un nouvel élan :

« Davantage d'appui, davantage d'informations, des outils pour maintenir ou développer les entreprises, c'est tout un accompagnement local qui se voit renforcer par cette convention », indique la chambre consulaire.

Moins qu'un apport financier de l'un ou de l'autre des acteurs, cette 26e convention conclue entre une CCI et la FIN doit permettre de profiter du maillage déjà constitué par les entreprises du secteur, elle-même soutenues par la CCI de Nîmes.

D'après la vice-présidente de la FIN :

« Les professionnels du nautisme en Languedoc-Roussillon sont souvent de petites entreprises qui ont besoin de cette proximité [...], les CCI ayant la compétence de gestion économique des entreprises et la FIN apportant les compétences qui sont spécifiques à la filière industries nautiques, services nautiques etc. ».

Colette Certoux, également professionnelle de la filière, souligne qu'il y a deux ans environ, la première CCI à ouvrir le bal n'était autre que celle de Perpignan, ce qui pourrait inscrire la région, à termes, dans une véritable dynamique économique autour de l'industrie nautique.

La signature de ce pacte constitue le véritable point de départ d'un processus lancé en mai 2012, à Port Camargue, comme l'évoque à cette occasion Patrick Trolard, lui-même président de la commission nautisme de la CCIR Languedoc-Roussillon.

Grâce à l'émergence d'une nouvelle synergie, de grands projets devraient ainsi aboutir prochainement :
- la relance du nautisme à travers un nouveau salon du nautisme (au printemps);
- la création d'un Centre Européen du Nautisme, à Port-Camargue (associant centre d'affaires, hôtellerie et pôle technique) ;
- et sur le site du port de l'Ardoise (dont la CCI vient de reprendre l'exploitation), la conception d'une filière unique de déconstruction des bateaux hors d'usage. Une activité étendue au recyclage de la fibre de verre.

Malgré la crise qui touche la filière nautique « depuis un an environ », dixit M. Trolard, Henry Douais veut croire en l'avenir pour « ces industries [qui] constituent un secteur d'excellence » et l'inscrit même dans une logique internationale :

« Désormais, 30 % des clients de Port-Camargue sont des étrangers et 3 h 30 de navigation seulement suffisent pour y venir de Genève ».

Mickaël Attiach

Légende : Port Camargue est au centre d'une nouvelle impulsion donnée à l'industrie nautique à l'occasion de ce partenariat entre la FIN et la CCI de Nîmes.
Crédit photo : OT de Port Camargue


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :