Un SITEVI 2009 aux prises avec la crise

 |   |  358  mots
Trois question à Martine Dégremont, directrice du salon SITEVI, du 1er au 3 décembre à Montpellier.

Quelle est la tonalité de cette édition 2009 ?
Nous avons construit cette édition en élargissant notre offre, car nous avons conscience que le monde viti-vinicole et la filière fruits et légumes sont touchés par la crise. L'offre en matériel est toujours aussi complète, avec 715 exposants en provenance de 25 pays. Mais à côté, nous avons rajouté des moments de réflexion avec divers ateliers, sur les démarches marketing ou l'optimisation des coûts de production, des conférences économiques et technologiques très orientées marché, une nouvelle offre en énergies renouvelables et en oléiculture. Au total, nous faisons en sorte que les viticulteurs ne perdent pas leur temps, et puisse comparer les prix, les matériels, etc.


Ce salon intervient dans un contexte tendu, comme l'ont montré les récentes manifestations des viticulteurs. Comment intégrez-vous leurs préoccupations ?
Quand on réfléchit à l'organisation d'un salon comme le SITEVI, on doit s'adapter à cette actualité. Nous avons une quarantaine d'ateliers et de conférences programmés dans un esprit très pratico-pratique pour tenir compte de la demande des professionnels, qui porte de plus en plus sur le conseil, le service et les échanges. Cette programmation est propice à la réflexion et l'anticipation de tendances. Au-delà, le média salon résiste bien à la crise. C'est un format qui permet de discuter et d'échanger, et donc qui apporte une vraie valeur ajoutée aux professionnels en temps difficile.

Comment faire pour que le développement durable ne soit pas qu'un slogan ?
On parle beaucoup d'énergies renouvelables, mais au départ, il y a les économies d'énergie, ce qui est tout aussi important. Si vous étudiez notre palmarès de l'innovation, vous verrez que les constructeurs intègrent ceci de façon pragmatique, en termes de récupération d'eau de pluie, gestion des affluents, etc. Sur le salon, les visiteurs peuvent rencontrer des constructeurs, des installateurs, mais aussi les intermédiaires qui financent ça. Le développement durable est une tendance de fond, mais il apporte aussi des réponses concrètes aux professionnels qui viennent sur le SITEVI.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :