Un fonds pour la revitalisation économique du bassin du Malzieu

 |   |  389  mots
L'État, le Conseil général et le groupe 3A engagent la revitalisation économique du bassin du Malzieu, en Lozère. La gestion du fonds de revitalisation constitué est confiée à Lozère Développement.

Tout commence au printemps 2011. L'entreprise « Les fromageries occitanes » (LFO), filiale du groupe 3A (alliance agroalimentaire), supprime 32 emplois sur 50 dans la laiterie fromagerie du Malzieu, en Lozère. Après ce licenciement collectif pour motif économique, ne subsistent que 18 emplois sur le site.

L'importance de cette suppression d'emplois, dans un bassin déjà touché par des fermetures et déménagements d'entreprises, pousse le Conseil général de Lozère et l'État, avec le concours de l'entreprise LFO, à mettre en œuvre un programme d'actions visant à recréer autant d'emplois qu'il en a été supprimé, sur une période de deux ans.

Selon le dispositif de revitalisation prévu par la loi, toute entreprise de plus de 1 000 salariés procédant à des licenciements collectifs est tenue de financer des actions visant à créer un nombre d'emplois équivalent au nombre d'emplois supprimés. La contribution minimum est de deux fois le smic mensuel brut par emploi supprimé. Dans ce cadre, l'entreprise LFO s'est engagée à constituer un fonds de 122 850 €, soit trois fois 1 365 € par emploi supprimé (30 retenus).

Afin de mettre en place la revitalisation économique du bassin du Malzieu, le Conseil général de la Lozère a affecté 30 000 € supplémentaires à Lozère développement (agence de développement économique).


Grâce à ces financements et à l'appui d'un co-financement européen en cours d'instruction (Leader Gévaudan), Lozère développement, à qui la gestion du projet a été confiée, a défini un programme d'actions dans le but d'accroître ses efforts de promotion et de prospection économique du territoire. Un chargé de mission à mi-temps a été engagé pour renforcer l'équipe déjà en place.

« Avec la Chambre de commerce et d'industrie et les chambres consulaires, nous allons réaliser un gros travail de diagnostic en recensant les projets, les besoins et le potentiel des entreprises existantes, explique Sébastien Oziol, directeur de Lozère développement. Il faut booster le recrutement dans les entreprises en place, et attirer les investisseurs. Nous nous concentrerons principalement sur la filière bois et sur la filière mécanique. »

Si le territoire concerné est prioritairement celui du canton du Malzieu, il pourra dans les mois à venir s'étendre aux cantons de Saint-Alban sur Limagnole, Saint Chély d'Apcher et Aumont-Aubrac.

Marion Guillou


À lire également:
- Lozère : favoriser l'implantation d'entreprises innovantes

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :