Vers une sortie de crise à Pont-Saint-Esprit ?

 |   |  248  mots
La commune, en situation de surendettement, vit dans un climat tendu. De nouvelles élections municipales ont été provoquées. Premier tour dimanche.

Le maire sortant, l'ancien ministre (sous Pierre Bérégovoy) Gilbert Baumet, est critiqué pour la gestion financière de sa ville, jugée fastueuse, voire pharaonique.

L'élu, maire depuis 1971 (PS puis UDF), ancien président du Conseil général du Gard, ex-député et sénateur, a été épinglé par la Cour des comptes, qui dans son rapport annuel de 2008, a classé Pont-Saint-Esprit dans la catégorie « exemple à ne pas suivre. »

Sur décision du préfet, Gilbert Baumet a d'ailleurs dû procéder à une augmentation des impôts de 56 %, provoquant la colère des habitants, des semaines de manifestation et de nouvelles élections ce dimanche 31 janvier 2011.

Cette élection fait suite à une décision du Conseil d'État du 17 novembre 2010 confirmant la démission de Gilbert Baumet de ses fonctions de maire de Pont-Saint-Esprit.

Depuis cette date, le premier adjoint au maire, Jean-Pierre Colombet est maire par intérim.

L'élection du dimanche 30 janvier 2011 oppose au premier tour, Roger Castillon tête de la liste d'union républicaine, à la tête des manifestations des contribuables en colère, à Gilbert Baumet, maire sortant étiqueté parti radical valoisien (affilié à Jean-Louis Borloo).

L'élection se déroule dans un climat tendu puisque Gérard Guillen, l'un des colistiers de la liste de Gilbert Baumet aurait été agressé, mercredi 19 janvier 2011, à la sortie de son domicile par un inconnu.

Roger Castillon, candidat de l'opposition a « fermement condamné cet acte ».

Ysis Percq

Légende : Mairie de Pont-saint-Esprit (Gard)
Crédit photo : PSE


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :