À Montpellier, Geneviève Fioraso vante l'exemple du CSU

 |   |  349  mots
En visite le 24 février, Geneviève Fioraso a cité en exemple le 1er Centre spatial universitaire, inauguré à Montpellier fin 2013. Une filière potentiellement riche en créations d'emplois, selon la ministre de la Recherche.  

De passage à Montpellier lundi 24 février, Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, a visité les installations du Centre spatial universitaire (Université de Montpellier II), inauguré fin 2013 et financé par la Fondation Van Allen.

Geneviève Fioraso a salué la voie ouverte par le CSU qui développe des nano-satellites (1 dm3 pour un poids d'1 kg) en associant des étudiants, des chercheurs, et des industriels, tels que Astrium (n°2 mondial du secteur spatial), représenté par son directeur technique Michel Le Moine lors de cette visite.

« Dans le secteur spatial, il existe une vraie filière, qui peut s'appuyer sur une coopération entre grands donneurs d'ordre et PME, affirme Geneviève Fioraso. Toutes les décisions que je prends aujourd'hui visent à associer et faire travailler ensemble les universités, la recherche et les industriels pour créer des emplois utiles à la société. Vos projets correspondent exactement à la politique que je souhaite mener. Il faut généraliser cette culture de la transformation de l'invention en innovation appropriée par les entreprises. »

Lors d'un déjeuner organisé le même en jour en Préfecture, Nathalie Pautremat, de la société Envolure, présente parmi d'autres entreprises innovantes (Authentication Industries, boostHEAT), diverses structures dédiées à l'accompagnement de ces PME (Transferts LR, AxLR, Languedoc-Roussillon Incubation), et les présidents des cinq universités régionales (UM1, UM2, UM3, UPVD et UNîmes), a néanmoins souligné les difficultés à accéder aux marchés ouverts par ces donneurs d'ordres.

« J'ai le sentiment que les industriels ne jouent pas le jeu avec nous, remarque-t-elle. Tout tient à une négociation. Ce n'est qu'à partir du moment où vous avez démontré la valeur de votre technologie que vous pouvez atteindre une collaboration au niveau que vous souhaitez. Selon les marchés nous avons plus ou moins de latitude. »

Anthony Rey

Lire également :
Intespace intègre le CSU

Légende : Geneviève Fioraso, aux côtés de Michel Robert (président de l'UM2) et Christian Bourquin (président de Région).
Crédit photo : Edouard Hannoteaux

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :