Le musée de la Narbonne antique se nommera Narbo Via

 |   |  368  mots
Au centre du musée, le mur des lapidaires, riche de près de 2 000 éléments (fragments d’architecture, bas-reliefs, inscriptions).
Au centre du musée, le mur des lapidaires, riche de près de 2 000 éléments (fragments d’architecture, bas-reliefs, inscriptions). (Crédits : Foster + Partners)
Lors de sa visite sur le chantier du futur musée régional de la Narbonne antique, le 30 janvier, la présidente de Région Carole Delga a dévoilé le nouveau nom de la future institution : Narbo Via. Un chantier à 50 M€, pour une ouverture programmée en 2020.

Le chantier s'étend sur les bords du canal de la Robine à l'entrée Est de Narbonne. Il donnera naissance à un musée de 8 000 m2, doté d'une collection de 15 000 pièces. Celles-ci sont actuellement dispersées dans diverses institutions narbonnaises.

Le bâtiment a été conçu par l'architecte Norman Foster, sur commande de la Région, qui est le principal financeur et maître d'ouvrage sur ce projet. La présidente de Région, Carole Delga, a effectué sa visite aux côtés de Didier Mouly, maire de la ville, de Jacques Bascou, président de l'Agglomération du Grand Narbonne et d'André Viola, président du Conseil départemental de l'Aude. Elle en a profité pour révéler le nouveau de l'institution, Narbo Via.

"Cette visite est l'occasion de présenter l'un des projets culturels les plus importants en France. C'est aussi l'un des projets emblématiques de la politique régionale culturelle et patrimoniale que je souhaite mener. Il s'agit de créer un lieu de vie pour tous - habitants, visiteurs venus d'ailleurs et professionnels - et un lieu d'apprentissage, a déclaré Carole Delga."

Narbo Via

Narbonne, capitale romaine

Narbonne est riche d'un passé antique prestigieux. Première cité romaine fondée en Gaule, elle fut une plaque tournante du commerce méditerranéen entre le IIe siècle avant J.C. et le Ve siècle de notre ère. Depuis Rome, elle était desservie par la Via Domitia, dont un fragment est toujours visible sur la place centrale de la ville.

Témoignage de l'importance de la ville, des fouilles préventives autour du chantier du musée ont permis d'exhumer une nécropole de 250 tombes que les archéologues pourront explorer jusqu'à fin mars.

Tourisme & patrimoine

Ce projet s'inscrit dans un programme plus vaste de valorisation de l'archéologie antique sur le territoire, avec des soutiens financiers apportés par la Région au Musée de la romanité à Nîmes, et à la restauration de l'amphithéâtre, mais aussi la valorisation du site archéologique de Javols (48).

La Région souhaite créer un itinéraire autour du patrimoine antique et annonce un budget culture & patrimoine en hausse à 96 M€ (+12 %).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :