Visa pour l’Image : les femmes photojournalistes à l’honneur

 |  | 632 mots
Lecture 3 min.
La programmation fera un zoom sur la bataille de Mossoul
La programmation fera un zoom sur la bataille de Mossoul (Crédits : DR)
Pour la 29e année, Perpignan devient le centre du monde du photojournalisme, durant 15 jours (du 2 au 17 septembre). Alors que cette nouvelle édition de Visa pour l'Image présentera au total 25 expositions , le programme s'annonce « extrêmement féminin », puisque sept femmes photojournalistes y présentent leur travail.

Parce que « le recul de l'État islamique à Mossoul est importante pour nous tous », selon Jean-François Leroy, directeur et fondateur du festival international du photojournalisme Visa pour l'Image, dont la 29e édition se tient à Perpignan du 2 au 17 septembre prochains, un zoom sera fait sur ce bastion stratégique de l'État Islamique (EI), arraché à l'organisation terroriste en juillet dernier, après des mois de luttes acharnées.

Ainsi, le travail de trois photojournalistes, Laurent Van der Stockt pour Le Monde (La bataille de Mossoul), Alvaro Canovas pour Paris Match (Mossoul, l'amère reconquête) et Lorenzo Meloni pour Magnum Photos (La chute du califat), sera présenté dans trois expositions témoignant de différentes périodes de cette bataille qui s'est soldée en juillet dernier, après près de neuf mois d'affrontements, avec la victoire des forces irakiennes.

« La brutalité inédite des affrontements conjuguée aux cruciaux enjeux géopolitiques qu'ils impliquent mérite que l'on s'y arrête, et même s'y attarde », explique Jean-François Leroy.

« Un programme divers et extrêmement féminin »

Cette nouvelle édition est qualifiée par le directeur du festival comme étant très diversifiée  et « extrêmement féminin avec sept femmes photojournalistes », de par la présence de sept femmes photojournalistes.

Une coïncidence et non un choix selon Jean-François Leroy qui explique que la sélection des exposants se fait sur la base de la qualité du travail, même s'il reconnaît que certains sujets ne peuvent être faits que par des femmes, à l'image des expositions sur la place accordée aux veuves dans certaines régions du monde (par Amy Toensing) ou encore les mineurs en prison au Nouveau-Mexique (par Isadora Kosofsky).

Moins de place pour les attentats

Contrairement à l'édition précédente où des images sur les attentats perpétrés par Daesh avaient été projetées, Jean-François Leroy et son équipe ont décidé d'accorder moins de place à ces événements dramatiques cette année.

« Les photos d'attentats finissent malheureusement toutes par se ressembler, avec les mêmes horreurs. Nous avons décidé de peu les traiter, non pas parce que nous voulons les oublier ou occulter cette actualité, mais parce que nous constatons qu'on en parle trop dans les médias. Or, en parlant trop de ces attentats ne finissons-nous pas par faire la publicité à Daesh ? », s'est questionné Jean-François Leroy mardi 29 août, à l'occasion d'une conférence de presse à Perpignan.

De plus, le festival ayant pour vocation de témoigner par l'image de ce qui se passe de par le monde (guerres, atteintes aux droits humains, fléaux nutritionnels...), les sujets doivent se renouveler, rappelle Jean-François Leroy. « Le renouvellement ne signifie pas que nous nous sentons moins concernés par les sujets qui ne reviennent pas », justifie Jean-François Leroy.

Parmi les actualités abordées cette année : la crise au Venezuela (Meridith Kohut, Le Venezuela au bord du gouffre), le tremblement de Terre survenu en Italie en août 2016 (Emanuele Scorcelletti), le changement climatique (Vlad Sokhin), l'émergence de l'Islam à Cuba (Sarah Caron, Inchallal Cuba)...

Hommage à Stanley Green

Déjà présenté l'an passé, l'Américain Stanley Greene s'est éteint en mai dernier à Paris à l'âge de 68 ans. Un hommage lui sera rendu à travers l'exposition de quelques-unes de ses photos, au Théâtre de l'Archipel. Par ailleurs, tout le programme de la 29e édition de Visa pour l'Image, avec la liste des expositions, conférences, projections, moments forts, ou encore soirées, est à consulter sur le site Internet officiel de l'événement.

Visa pour l'Image rassemble chaque année « environ 230 000 visiteurs et génère entre 3,5 et 4 M€ », indique pour sa part Bernard Fourcade, président de la CCI des Pyrénées-Orientales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :