Régionales 2015 : 1er clash entre Carole Delga et Jean-Michel Baylet

 |   |  562  mots
(Crédits : Rémi Benoit)
La candidate socialiste Carole Delga a officiellement lancé sa campagne le 27 juin à Montpellier, devant environ 200 militants et sympathisants. Son appel à l'union de la gauche s'est néanmoins heurté, le jour même, à un net refus du PRG.

Carole Delga a lancé, samedi 27 juin à Montpellier, une campagne de 24 semaines en vue des élections de la future région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, les 6 et 13 décembre prochains. La candidate socialiste s'est exprimée devant environ 200 militants, mettant en avant ancrage territorial et proximité.

"J'ai choisi le Sud, notre Sud, indique celle qui était, dix jours auparavant, secrétaire d'État chargée du Commerce, de l'Artisanat, de la Consommation et de l'Économie sociale et solidaire. À Bercy, j'ai fait une année de responsabilités ministérielles exaltante. Mais j'ai acquis la certitude que le fondement de mon action politique, c'est le terrain et la proximité."

Carole Delga voit la grande région comme "une chance pour notre développement économique" et s'engage pour "un équilibre entre Toulouse et Montpellier, mais aussi toutes les villes et tous les territoires, les 13 départements qui composeront notre grande région".

Une équipe de campagne

Le 27 juin, Carole Delga a présenté son équipe de campagne. Avec un comité de soutien présidé par Martin Malvy (président de la région Midi-Pyrénées), et deux directeurs de campagne : Alain Bertrand, sénateur-maire de Mende (48) et Karine Traval-Michelet, maire de Colomiers (31). Entre autres, Jean Brunel, premier secrétaire fédéral de l'Aude, et Alain Fauconnier, maire de Saint-Affrique (12) sont coordinateurs des unions régionales alors que Hussein Bourgi, premier secrétaire fédéral de l'Hérault, et Sébastien Vincini, premier secrétaire fédéral de la Haute-Garonne assureront la coordination de la mobilisation militante.

"Nous demandons votre mobilisation pendant cette campagne, déclare Carole Delga a ses militants. Une mobilisation avec de la passion, de l'engagement, et de la conviction."

En juillet, une plateforme participative sera ouverte pour permettre aux sympathisants PS de contribuer et de faire remonter ses problématiques locales.

Vive réaction du PRG

Carole Delga espère pouvoir former une union de la gauche dès le premier tour de l'élection régionale. Alors qu'elle se dit "optimiste pour une union avec les radicaux de gauche, avec qui nous avons toujours travaillé", elle constate que "les Verts ont fait leur choix, j'en prends acte. Mais je sais qu'il sera possible de s'entendre avec Gérard Onesta pour s'unir au second tour".

Alors qu'elle déclare ne rien vouloir céder au Front National, elle nuance sa relation avec les formations de droite : "L'UMP (aujourd'hui appelée "Les Républicains", NDLR) est notre adversaire, le Front National est notre ennemi".

Dans un communiqué diffusé en fin d'après-midi, Jean-Michel Baylet a rejeté cette main tendue de Carole Delga. Le président du Parti radical de gauche tente depuis plusieurs semaines d'arracher au PS une tête de liste en Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées, qui serait confiée à Sylvia Pinel, la ministre du Logement (PRG).

"Contrairement à ce qu'a déclaré aujourd'hui Carole Delga, c'est bien Jean-Michel Baylet et le PRG qui ont, dans un esprit de responsabilité, demandé à rencontrer Jean-Christophe Cambadélis le 9 juillet, écrit-il. Au vu de l'utilisation politique faite de cette initiative par Mme Delga, Jean-Michel Baylet annule ce rendez-vous. Une fois encore, le PS confond vitesse et précipitation et agit comme un parti hégémonique ne respectant pas ses partenaires. Le ton et les mots choisis par Carole Delga illustrent le fait que les socialistes nous considèrent comme des valets."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/07/2015 à 16:17 :
Encore une fonctionnaire qui fait profession de la politique, et qui se destine à développer une région telle que LR-MP !
A part les discours lénifiants et démagogiques que pouvons nous attendre de ces politiciens technocrates dans l'Europe économique d'aujourd'hui.
Que cette dame retourne dans ses fonctions de technocrates et laisse gérer la Région par des responsables compétents n'ayant pas fait carrière au PS.
a écrit le 29/06/2015 à 21:59 :
C'est marrant Delga s'est déjà fait prendre en flagrant délit de mensonges dans des circonstances similaires avec Saurel qui dit désormais à qui veut l'entendre que cette dame est une menteuse. Ça commence à faire beaucoup Mme Delga !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :