Philippe Saurel annonce sa candidature aux élections régionales

 |   |  570  mots
Philippe Saurel, lors de l'officialisation de sa candidature aux régionales 2015, le 29 juin à Montpellier
Philippe Saurel, lors de l'officialisation de sa candidature aux régionales 2015, le 29 juin à Montpellier (Crédits : Christine Caville)
Le maire de Montpellier et président de sa Métropole a officiellement annoncé, le 29 juin, qu'il se présentera aux prochaines élections régionales. La liste qu'il veut bâtir avec des divers gauche, des radicaux, des écologistes et des centristes portera le nom de Citoyens du Midi.

"Je confirme mon intention d'être candidat aux élections régionales, a-t-il annoncé face à la presse régionale. Il faut un vrai projet de territoire fondé sur les compétences de la région. Mais aussi une équité territoriale dans l'aménagement et la distribution des compétences, des pouvoirs."

L'annonce intervient après plusieurs mois de teasing savamment entretenus, notamment lors du dernier point presse en date de Philippe Saurel, le 16 juin au lendemain d'une réunion à Matignon où il avait rejeté toute idée d'union de la gauche, et où il disait consulter, attendant que "tous les voyants passent au vert" en vue de cette candidature.

"Je suis favorable à un grand rassemblement citoyen, pragmatique, avec les divers gauche, les radicaux, les écologistes, mais aussi les centristes, les divers droite. Cette liste citoyenne que j'appelle de mes vœux, je lui ai donné un nom : Citoyens du Midi."

Cette annonce intervient également 48h après que Carole Delga, candidate du PS, ait lancé sa campagne, samedi dernier à Montpellier. L'ex-secrétaire d'État avait elle aussi appelé à l'union de la gauche, avant qu'un communiqué de Jean-Michel Baylet, président du Parti radical de gauche (PRG), ne rejette sèchement cette option, en accusant le PS d'hégémonie.

"Si je n'y vais pas, on me dira que je n'ai rien fait"

Philippe Saurel se défend de toute démarche politicienne :

"Je ne suis pas un parti, et je ne discute pas avec les partis. La seule chose qui pourrait faire que je ne sois pas présent au 1er tour des élections régionales, c'est de ne pas avoir réussi à réunir les 186 colistiers dans les 13 départements."

Philippe Saurel indique que les listes départementales seront présentées en octobre. D'ici là, il endossera le rôle du défenseur du Languedoc-Roussillon et de Montpellier, dans un contexte qu'il estime actuellement déséquilibré :

"Actuellement, tous les préfigurateurs de la future grande région sont de Midi-Pyrénées. Ça va être difficile pour le Languedoc-Roussillon d'exister dans ce contexte-là. C'est normal que Toulouse soit la capitale de région, c'est la 4e ville de France. Mais il faut de l'équité. Si je n'y vais pas, s'il n'y a pas de candidat issu de Languedoc-Roussillon, alors on me dirait quoi ? Que je n'ai rien fait. "

Le rôle de l'outsider

Maire de Montpellier, président de Montpellier Méditerrannée Métropole, et candidat aux élections régionales. Alors que Philippe Saurel estime, un an après avoir annoncé qu'il serait maire de Montpellier à plein temps, qu'il "ne peut pas pas mieux défendre Montpellier qu'en allant la représenter à l'élection régionale", il se positionne volontiers dans le rôle d'outsider.

"Le financement de la campagne se fera uniquement par les dons, avec très peu de documents, sans dépenses. Une campagne comme celle-ci, c'est au minimum 700 ou 800 000 €. Nous n'avons pas les chars de Solferino, nous n'avons pas la puissance de feu de l'UMP, nous n'avons pas les réseaux des Verts. Nous n'avons rien."

Pour mener une campagne dans laquelle il sera son propre directeur ("comme dit Podemos, on ne peut rien déléguer en politique"), il sera notamment épaulé par François Delacroix (directeur de cabinet de la ville et de la métropole, mis en disponibilité pour la campagne, ancien directeur de cabinet de Georges Frêche).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/07/2015 à 8:49 :
Il aura fallu 27 ans à Georges Frêche pour concrétiser son mandat de Maire de Montpellier en celui de Président de région. Édifié pierre par pierre, il a pu démontrer aux citoyens ses capacités de grand bâtisseur et de visionnaire en développant les territoires dont il avait la charge. Cela se nomme, la preuve par l'exemple !!!
Que penser de Monsieur Saurel mis à part qu'il semble être dévoré par des ambitions démesurées!
A part supprimer les projets tels que la 5eme ligne de tram, baisser les subventions aux associations et à la culture, et renier sa promesse de campagne comme quoi il serait "un maire à plein temps ", il semble que Mr le Maire ne soit pas vraiment dans une dynamique de développement.
Seul avantage, il peut se targuer de faire aussi bien que Mr Frêche en s'appropriant les dossiers et les projets en cours que se dernier avait mis sur pied et dont l'aboutissement prendra encore de longues années.
Merci Georges!
Réponse de le 01/07/2015 à 12:09 :
En même temps, de l'ambition, Frêche n'en manquait pas non plus ! Et le contexte, semble profondément différent... et surtout moins urgent. Vous comparez avec quelque chose qui s'est passé il y a 40 ans dans une situation économique totalement différente pour la région et pour le pays. Alors, il est peu probable que Saurel devienne effectivement président du nouveau CR. Il le sait lui même... mais c'est ainsi que l'on pose les jalons. Pas certain que Frêche aurait fait autrement. En ce qui concerne les coupes dans le budget de la Ville, je crois que vous ne mesurez pas tout à fait dans quelle état sont les finances des collectivités locales... Sérieusement, subventionner à tour de bras les associations, la culture ou une ligne de tramway (presque seul puisque les autres collectivités ne souhaitaient plus participer au financement), c'est un luxe que Montpellier ne peut pas se payer à moins d'augmenter les impôts très fortement. Mais faire payer encore les citoyens n'est pas possible dans le contexte actuel, surtout ici où les impôts locaux sont hauts et les salaires bas.
a écrit le 30/06/2015 à 9:12 :
C'est scandaleux tellement il ment effrontement. Il ose dire que cela ne coutera rien !!! mais il se servira de son siege de maire et de président de metropole pour faire campagne... il va vite se faire rattraper. Son égo est sans limite.... lui qui disait ne pas vouloir cumuler et n'etre que maire. La déculotée va être terrible !
a écrit le 29/06/2015 à 16:48 :
Ah la belle alliance de circonstances Baylet - Saurel, ça fait drôlement envie !! Que voilà une équipe qui en a dans le pantalon

C'est la droite et l'extrême-droite qui doivent avoir le sourire. Quand on sait que même à gauche du PS, on va avoir un ou plusieurs candidats. Il ne faudra pas pleurer ensuite
Réponse de le 29/06/2015 à 21:53 :
... en même temps, le PS aurait géré autrement cette fusion menée dans un déni total de concertation, nous n'en serions pas là... et Saurel n'aurait pas tant de prises. D'ailleurs, l'objectif premier de Saurel est de faire perdre le PS et franchement, comme aux municipales, ils n'ont pas volée cette correction. Il entretient de bonnes relation avec la droite et je ne serai pas surpris que tout le monde se soit mis d'accord pour flinguer Delga, Alary et le PS.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :