Municipales à Montpellier : "LREM n'a pas intérêt à se mettre Vignal à dos"

 |   |  768  mots
Patrick Vignal, député de l'Hérault, est candidat à l'investiture LREM
Patrick Vignal, député de l'Hérault, est candidat à l'investiture LREM (Crédits : Christine Caville)
Le député de l'Hérault Patrick Vignal n'a pas débrouillé sa situation lors des universités d'été de LREM, closes le 8 septembre à Bordeaux. Mais il reste sur sa ligne : candidat à l'investiture LREM, il entend porter ces couleurs "jusqu'au bout".

Patrick Vignal avait prévu de rencontrer Stanislas Guérini, délégué général de La République en Marche (LREM), lors du "Campus des territoires" qui se déroulait à Bordeaux du 7 au 8 septembre. La rencontre a été reportée d'un commun accord à une date ultérieure, afin d'évoquer la situation du député de l'Hérault, candidat à l'investiture LREM, qui pourrait se présenter aux élections municipales de Montpellier même sans l'étiquette.

Les principes de la charte LREM

Interrogé par La Tribune, Patrick Vignal indique qu'il est indifférent aux rumeurs selon lesquelles LREM ne serait pas favorable à sa candidature à Montpellier et préférerait ne pas gêner la démarche du maire sortant Philippe Saurel (toujours pas candidat à ce jour), jugé "Macron-compatible", en lui accordant son soutien ou bien en ne présentant personne face à lui.

"Je n'ai pas la marque honteuse. J'ai été de toutes les campagnes. C'est moi qui ai reçu en premier Emmanuel Macron, en mai 2016. Je me réfère à la charte de LREM, qui indique que le candidat investi doit rassembler le maximum de forces politiques. Je ne suis pas sûr que Philippe Saurel soit en mesure de rassembler les écologistes, ou La France Insoumise, etc.", estime Patrick Vignal.

Au sujet de Philippe Saurel, Patrick Vignal indique être en possession d'un SMS de Stanislas Guérini, lui confirmant une entrevue avec le maire de Montpellier, qui a indiqué qu'il ne sollicite aucun soutien de LREM et qu'il conduira "une liste de grand rassemblement" en cas de nouvelle candidature.

"Nous sommes face à deux options. Ou bien Patrick Vignal fait sa liste, Mohed Altrad la sienne, et Philippe Saurel la sienne également : dans ce cas, ce dernier sera sans doute devant. Ou bien LREM, au motif de la relation personnelle entre Emmanuel Macron et Philippe Saurel, choisit de n'investir ou ne soutenir personne : dans ce cas, les 250 Marcheurs de l'Hérault auraient toutes les raisons de se sentir cocus. Pour ma part, je me poserai les bonnes questions. Il est tout de même étrange que Philippe Saurel, qui ne veut pas le soutien du parti, insiste autant auprès de LREM pour ne pas avoir de candidat investi face à lui."

La jurisprudence Villani

À l'image de Cédric Villani, qui a échoué à obtenir l'investiture LREM face à Benjamin Griveaux pour les municipales à Paris, Patrick Vignal peut-il franchir le pas et se présenter lui aussi en candidat dissident à Montpellier, comme de nombreuses rumeurs lui en prêtent également l'intention ?

"Je ne vois pas pourquoi je n'aurais pas la marque alors que Philippe Saurel n'en veut pas. J'ai été élu député, j'ai la marque : qui l'incarne à Montpellier ? C'est moi. Et je suis prêt à l'incarner jusqu'au bout. J'ai un projet, et ce que je veux, c'est présenter ce projet. J'observe que je suis candidat depuis quatre mois, et personne ne m'empêche d'avancer. Je suis le seul élu LREM à être autant mis en avant dans "Ça marche", le documentaire sur les élections européennes qui vient d'être dévoilé au Campus des territoires. Moi je continue d'avancer. On va tous se jauger au 1er tour. Et si je terminais bien placé, devant Philippe Saurel ? Et si j'étais le seul en mesure de m'entendre avec les écologistes, ou Michaël Delafosse (candidat PS, ndlr) ou Alex Larue (candidat LR, ndlr) ? Je verrai tout ça au soir du 1er tour. LREM n'a pas intérêt à se mettre à dos Patrick Vignal."

De fait, Patrick Vignal indique qu'il est plongé dans la rédaction de son programme : il a mis en place "une coopérative citoyenne", intégrant une trentaine de membres (ou "coopérateurs") qui travailleront de septembre à novembre à la co-construction de son projet. Parmi les idées explorées dans le développement économique : la mise en place d'une autorité économique, écologique et touristique "pour redonner la parole aux experts", la création d'une fiscalité spécifique au tourisme (avec la taxation de Airbnb), le lancement d'un observatoire du commerce de centre-ville, le moratoire à l'extension du centre commercial Odysseum, etc.

"80 % des Montpelliérains réclament plus de sécurité, 67 % plus de propreté : il faut une nouvelle réflexion en partant du centre-ville. Il faut lutter contre le taux de vacances commerciales, qui atteint 14 % ici contre 8 à 10 % en France. Il faut revoir l'utilisation de l'espace public, réétudier les flux de voitures entrantes, investir sur le bus à hydrogène, etc. Sur le seul sujet de l'accessibilité, je demande : doit-on faire un nouveau parking, un nouveau tunnel, un téléphérique ? J'ai des milliards d'idées."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2019 à 12:18 :
Vignal a été lançé en politique par G.Frêche parti socialiste,ensuite il s'est présenté contre son mentor avec Mandroux lors d'élections régionales et il a pris une grande rouste !! donc il a rejoint le parti qui pouvait l'aider à satisfaire sa petite personne....c'est le genre de candidat qui ne défends pas des idées mais sa propre personne d'ailleurs à l'assemblée nationale peu de gens l'ont vu car il y va presque jamais ! c'est quelqu'un qui a des avis sur tout mais surtout des avis un peu comme SCHIAPPA .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :