Municipales à Montpellier : Philippe Saurel lie sa candidature à son état de santé

 |   |  371  mots
Philippe Saurel annonce son hospitalisation imminente
Philippe Saurel annonce son hospitalisation imminente (Crédits : Anthony REY)
Le maire de Montpellier, Philippe Saurel, a annoncé, le 6 décembre, qu'il sera opéré du genou en début d'année prochaine. S'il refuse toujours de confirmer sa candidature aux municipales de mars 2020, il la conditionne à sa capacité de récupération d'ici le début du mois de février - trois semaines avant la date limite de dépôt des listes.

Contraint de se déplacer en béquilles depuis plusieurs mois, souffrant des séquelles d'une blessure contractée lors d'un match de football en 1978, Philippe Saurel a annoncé, le 6 décembre, qu'il subira une opération le 3 janvier 2020 pour la pose d'une prothèse du genou. "Une intervention chirurgicale lourde", confie le maire de Montpellier, qui devra suivre trois semaines de rééducation intensive avant de recouvrer la marche.

"Je fais cette annonce pour aider les citoyens à lire le paysage politique. J'ai trop mal. Mon genou me fait trop souffrir et j'ai des difficultés à faire de la politique comme je l'aime, au contact des gens, en me mêlant aux Montpelliérains. La douleur m'empêche de fonctionner à 100 % comme d'habitude, je ne suis qu'à 30 %", estime Philippe Saurel. Lors de la phase de voeux qui s'ouvrira en janvier, l'édile sera représenté par Max Lévita, adjoint aux finances, pour ceux de la Ville, et par Jackie Galabrun-Boulbes, première vice-présidente, pour ceux de la Métropole et pour le conseil métropolitain du 5 février.

C'est à cette date du 5 février que Philippe Saurel espère être rétabli et pouvoir se déterminer quant à sa candidature aux municipales de mars. Pour mémoire, la date limite de dépôt des listes est fixée au 27 février.

À cette heure, Philippe Saurel refuse toujours de dire s'il sera candidat. "La décision d'entrer en campagne sera prise ou pas après le temps de récupération dont j'ai physiquement besoin. Le 5 février, je me déciderai en fonction de ma situation personnelle et du paysage politique", indique-t-il.

La situation n'empêche toutefois pas le maire sortant de commenter l'actualité de la campagne, et notamment le sondage commandité et dévoilé, cette semaine, par le député LREM de l'Hérault, Patrick Vignal. "Je suis à 20 % d'intentions de vote, ce qui est un bon score en considérant que je ne suis pas en campagne et que je ne suis jamais testé sous la bonne étiquette. Les instituts de sondage me testent comme divers gauche, ou autres, alors que je suis "divers gauche, écologiste et citoyen". C'est sur cette étiquette que j'ai été élu en 2014", souligne-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :