Municipales à Perpignan : Louis Aliot (RN) donné vainqueur par un sondage

 |   |  439  mots
(Crédits : Ville de Perpignan)
Un sondage Ifop-La Semaine du Roussillon-Sud Radio en vue de l’élection municipale à Perpignan (66), publié le 8 janvier, positionnent les candidats de droite plutôt favorablement, avec le candidat RN, Louis Aliot, donné vainqueur au 2nd tour. Mais il annonce un match serré comme les deux précédents sondages d’avril et juillet 2019.

À un peu moins de deux mois des élections municipales (les 15 et 22 mars prochains), un sondage réalisé par l'Ifop pour La Semaine du Roussillon et Sud Radio prend la température à Perpignan (66). Publiés le 8 janvier, les résultats de ce sondage révèlent un classement assez serré, avec des intentions de vote plutôt orientées à droite malgré une bonne position de la gauche.

En effet, dès le premier tour, le cadre du Rassemblement National (RN) Louis Aliot, qui se présente sans étiquette, remporterait 26 % des suffrages. Il serait suivi par le maire LR sortant Jean-Marc Pujol qui rassemblerait quant à lui 18 % des voix. Celui qui dirige la mairie catalane depuis 2009 avait officiellement annoncé fin novembre sa volonté de briguer un nouveau mandat. Ses motivations : empêcher l'extrême droite de s'emparer de la mairie.

En troisième position, se classerait Agnès Langevine, candidate EELV soutenue par le PS, avec 14,5% des votes. En quatrième place, arrive Romain Grau (LREM) avec 14% des intentions de vote.

Au second tour, Louis Aliot remporterait l'élection avec 29% des intentions de vote, passant devant Agnès Langevine (27%), Jean-Marc Pujol (26%) et Romain Grau (18%). Avec des résultats aussi proches, les jeux ne sont pas encore faits et, pour sa part, l'Ifop précise que la marge d'erreur de ce sondage varie de 2,3 à 3%.

L'Alternative en progression

À gauche, L'Alternative, conduite par Caroline Forgues, représente la surprise de ce classement avec 13,5 % des intentions de vote au premier tour, loin devant Olivier Amiel (4%), ou encore Clotilde Ripoull (7%). L'alliance formée avec La France Insoumise, le Parti Communiste, Génération S. et le NPA pourrait permettre à cette liste citoyenne de tirer son épingle du jeu.

Clairement, cette photographie des intentions de vote, réalisée entre le 30 décembre 2019 et le 3 janvier 2020 auprès de 747 personnes, dont 497 inscrites sur les listes électorales, révèle une campagne électorale difficile où il n'y a pas réellement de favori. Tous les candidats doivent fournir des efforts pour convaincre l'électorat perpignanais, malgré la forte notoriété dont jouit certains candidats à l'image de Jean-Marc Pujol (92%). La dernière bataille devra donc se faire sur le terrain des propositions, notamment en matière d'emploi, de développement économique, de sécurité et de protection de l'environnement - des thématiques déterminantes dans le choix des électeurs perpignanais.

Pour rappel, le fauteuil de maire de Perpignan est convoité par huit candidats : La liste de gauche L'Alternative conduite par Caroline Forgues, Agnès Langevine (EELV), Romain Grau (LREM), Clotilde Ripoull (sans étiquette), Jean-Marc Pujol (LR), Olivier Amiel (Divers droite), Alexandre Bolo (Divers droite) et Louis Aliot (sans étiquette).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2020 à 6:13 :
J'ai travaillé dans les sondages et particulièrement chez IFOP (phone city, plateforme de télé-sondages). En règle générale, seules les personnes en âge de voter et inscrites sur les listes électorales peuvent répondre. Ce sondages n'est donc en rien révélateur et montre peut-être l'intention de faire plutôt peur voire même de porter la candidature de Louis Aliot vers la victoire.
Il est donc inutile de le considérer comme valable.
Donner de faux espoirs ou des craintes aux Perpignanais(es) n'est pas très judicieux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :