Municipales à Perpignan : la FRTP demande des engagements concrets

 |   |  891  mots
Olivier Giorgiucci a interpellé les candidats aux municipales de Perpignan
Olivier Giorgiucci a interpellé les candidats aux municipales de Perpignan (Crédits : Philippe Becker)
Le 20 janvier, la Fédération des travaux publics dans les P.-O. a convié les candidats à l’élection municipale de Perpignan (66) à une matinée autour des enjeux du secteur. Sept des huit candidats en lice ont exposé leurs projets en termes de mobilité, de transition écologique et de transition numérique.

Constat général fait tout au long de cette matinée : le cycle des élections municipales a un impact, positif ou négatif, sur l'activité des travaux public. "En règle générale à l'approche des élections municipales l'investissement public local accélère très fortement, analyse en préambule un expert de la FRTP. Les programmes décidés durant la mandature doivent être achevés avant la prochaine échéance et à l'inverse l'année des élections, et surtout la suivante, l'investissement local ralentit voire baisse car de nouvelles équipes se mettent en place et il s'agit de démarrer de nouveaux projets. Concernant les travaux publics, lors des 6 précédents mandats municipaux, l'activité a progressé de 9 % en année préélectorale avant de ralentir durant l'année des élections et souvent de connaître une chute plus forte l'année post-électorale. Toutefois, cette généralité n'est pas une réalité à chaque élection : en 1989, en pleine vague de décentralisation, les investissements ont continué à progresser même en année électorale, tandis qu'à l'inverse, en 2014, le cycle a été très largement amplifié par la baisse des dotations ainsi que la réforme territoriale. Ce qui a entrainé une forte baisse des investissements par rapport à un cycle électoral classique."

"Une surchauffe de l'activité de 5 à 10 % en 2019"

Concernant l'après-élections municipales de mars 2020, son analyse est plutôt optimiste : "De nombreux facteurs peuvent favoriser et soutenir l'investissement en cours d'année : la situation très saine des  collectivités territoriales, une trésorerie relativement élevée, des besoins de la population clairement exprimés dans de nombreux domaines, des besoins de modernisation des infrastructures, etc. Donc si les nouvelles équipes municipales font preuve de volontarisme, il faut s'attendre à un bon niveau d'investissement pour 2020 et au-delà".

"Nous sommes optimistes sur le plan de l'activité, car il y a de nombreux projets à réaliser pour répondre aux enjeux des dix prochaines années en termes de connectivité, de transition écologique et de transition numérique", assure Jean-Pierre Vitu, président de la FRTP 66.

"2019 a été une excellente année avec une surchauffe de l'activité de l'ordre de 5 à 10 %, précise Olivier Giorgiucci, président de la FRTP Occitanie. Dans les Pyrénées-Orientales, 72 % de notre activité dans le public est issue des collectivités territoriales."

Dans le département catalan, les travaux publics représentent plus de 1 500 salariés permanents, 139 entreprises, 299 M€ de travaux réalisés et 132 M€ d'investissements issus des collectivités. En Occitanie, le secteur prévoit l'embauche de quelque 20 000 personnes dans les dix prochaines années.

Place aux propositions

Les candidats au fauteuil de maire de Perpignan ont chacun eu deux minutes pour convaincre. Sept des huit candidats ont répondu présent : Clotilde Ripoull (sans étiquette), Agnès Langevine (EELV), Olivier Amiel (Divers droite), Caroline Forgues (L'Alternative), Louis Aliot (sans étiquette), Jean-Marc Pujol (LR) et Romain Grau (LREM) qui était représenté par Jean-Marc Moulin. Alexandre Bolo (divers droite), le 8e candidat officiel, était absent.

Sur la thématique des mobilités, le décongestionnement du centre-ville a été soulevé par plusieurs candidats. Alors que Caroline Forgues souhaite "rendre la ville urbaine vivable et vivante" à travers la création de pôle multimodaux équipés de panneaux photovoltaïques, Clotilde Ripoull propose la création d'un couloir de bus reliant le nord et le sud de la ville.

Pour sa part, Jean-Marc Pujol souhaite créer une ligne de tramway électrique. Pour le maire sortant "le tramway, plus économique qu'un bus avec un investissement moyen de l'ordre de 23 M€ le km, est moins polluant et permet un gain de place sur la voirie". Une idée pointée du doigt par Olivier Amiel qui préfère investir sur des solutions de mobilités plus innovantes à l'image du projet "supraway (tramways aérien, ndlr) prévu à Saint-Quentin en Yvelines dans le cadre des JO de 2024 et dont le coût est de 8 M€ le km. Le tramway c'était une bonne solution dans les années 90, il s'agit aujourd'hui d'une vieille solution couteuse".

En ce qui concerne la transition écologique, la revégétalisation du centre-ville fait partie des projets de plusieurs candidats : Louis Aliot veut végétaliser toutes les places, Clotilde Ripoull propose de créer des "forêts urbaines" et Olivier Amiel prévoit de "planter 100 000 arbres au cours du mandat". Agnès Langevine envisage de proposer un pacte de transition au secteur des travaux publics afin de co-construire un diagnostic de vulnérabilité. Son souhait est de "préparer Perpignan au choc climatique et réparer la ville dans son tissu social avec la réduction de la pauvreté et urbain en adaptant les infrastructures au réchauffement des températures".

Dans le domaine de la transition numérique et ville intelligente, tous les candidats ont évoqué l'urgence de la rénovation du réseau d'eau source aujourd'hui de grandes pertes. Caroline Forgues plaide pour la création d'une économie circulaire dans le secteur du BTP et le déploiement d'éclairage publics intelligents. Point également cité par Jean-Marc Moulin qui représentait Romain Grau : le candidat LREM souhaite également développer des conteneurs à déchets intelligents. Agnès Langevine, tout comme Romain Grau, souhaitent développer la filière ENR, notamment l'autoconsommation énergétique et la technologie blockchain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :