Municipales à Montpellier : EELV pousse Coralie Mantion comme nouvelle tête de liste

 |   |  638  mots
Coralie Mantion, aux côtés de Manu Reynaud, entend rassembler les écologistes montpelliérains
Coralie Mantion, aux côtés de Manu Reynaud, entend rassembler les écologistes montpelliérains (Crédits : Anthony Rey)
EELV a confié à Coralie Mantion la tête d’une liste qui sera soumise à l’approbation des adhérents le 4 février. Sa mission : rassembler la famille écologiste, en s’ouvrant aux candidats dissidents Clothilde Ollier et Jean-Louis Roumégas.

Après la sanction infligée à Clothilde Ollier, déchue de son investiture le 18 janvier, Europe Ecologie Les Verts (EELV) rebondit en dévoilant le nom de l'architecte Coralie Mantion, pressentie comme nouvelle tête de liste aux élections municipales de Montpellier. Celle-ci déposera une motion en ce sens, lors de l'assemblée générale du 4 février où les 300 adhérents du parti écologiste, à jour de cotisation, voteront pour déterminer qui doit porter le programme défini lors des primaires citoyennes d'octobre 2019.

La volonté proclamée de rassembler

Lors d'un point presse tenu le 27 janvier aux côtés de Manu Reynaud (ex-directeur de campagne de Clothilde Ollier), Coralie Mantion a affirmé sa volonté de rassembler la famille écologiste montpelliéraine, qui compte désormais au moins deux candidats dissidents ex-EELV avec Clothilde Ollier et Jean-Louis Roumégas. Au sujet de ce dernier, Coralie Mantion indique que des pourparlers sont en cours, et que la motion qu'elle déposera le 4 février inclura une proposition d'alliance avec sa liste "Écologie pour tous" (à noter que, démissionnaire d'EELV en décembre 2019 pour se lancer en dissident, Jean-Louis Roumégas ne pourra pas participer à l'AG à venir).

Par ailleurs, Coralie Mantion laisse la porte ouverte à Clothilde Ollier : l'ex-candidate investie, en supposant qu'elle dépose sa motion dans les temps (d'ici le 2 février), pourrait elle aussi prétendre à une nouvelle tête de liste si les adhérents votent en ce sens. Dans cette hypothèse, Coralie Mantion admet qu'elle pourrait se ranger derrière Clothilde Ollier - même si les conditions d'une réconciliation ne semblent guère réunies : revenant sur les motifs ayant conduit la direction nationale d'EELV à priver Clothilde Ollier de son investiture, le tandem Reynaud-Mantion parle ouvertement d'"erreur de casting".

"Notre objectif est de rassembler la famille écologiste au sein d'une seule équipe lors de l'AG du 4 février. C'est aux militants de décider qui portera le programme élaboré pour Montpellier : plus de 400 contributeurs l'ont nourri au fil des mois sur notre plate-forme en ligne. Clothilde Ollier est suspendue, mais pas exclue du parti. Je souhaite qu'elle rejoigne la liste que je conduirai", résume Coralie Mantion qui, par ailleurs, affiche déjà le ralliement de Génération Écologie et du Parti animaliste.

Un plan vélo de 100 M€ en six ans

Ces annonces ont été faites lors de la présentation du plan d'action pour le climat et la qualité de l'air imaginé par EELV pour Montpellier. Le parti écologiste, qui promet "un tournant en termes d'aménagement et de choix budgétaires", propose de sortir progressivement du diesel en huit ans (création d'une zone à faibles émissions interdisant la circulation dans la métropole aux véhicules de plus de 20 ans), d'instaurer la gratuité dans les transports en commun uniquement les jours de pic de pollution, d'imposer une limitation de vitesse à 30 km/h en centre-ville pour "développer les transports doux et réduire la pollution", de fermer à la circulation les rues où se trouvent des écoles aux horaires d'entrée et de sortie de classe, ou encore de lancer un vaste plan vélo de 100 M€ en six ans : "Seuls 3 % des Montpelliérains utilisent le vélo, alors qu'ils sont 11 % à Bordeaux, et nous ne pouvons plus rester autant en retard", estime Manu Reynaud.

"Nous voulons, à l'avenir, mobiliser 100 % du budget mobilité de la Ville et de la Métropole sur des solutions écologiques. Plus un seul euro n'ira aux chantiers du contournement ouest de Montpellier, de la déviation est, ou du LIEN (liaison intercommunale d'évitement nord, ndlr). Ce sont des infrastructures d'État qui ne correspondent plus au modèle écologique que nous défendons. Nous annulerons nos participations et l'argent économisé nous permettra notamment de financer notre plan vélo de 100 M€", poursuit-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :