Les Verts refuseront de participer à une majorité au côté de LREM

 |  | 500 mots
Lecture 3 min.
Yannick Jadot et Antoine Maurice à Nîmes, le 4 mai 2021, pour présenter les représentants gardois de la liste EELV aux régionales en Occitanie.
Yannick Jadot et Antoine Maurice à Nîmes, le 4 mai 2021, pour présenter les représentants gardois de la liste EELV aux régionales en Occitanie. (Crédits : Guillaume Mollaret)
Lors d’une visite à Nîmes ce mardi 4 mai en présence de Yannick Jadot, Antoine Maurice, tête de liste EELV aux régionales en Occitanie, considère que le parti présidentiel ne fait pas partie de « l’arc humaniste » qu’il entend défendre.

Retour aux sources pour Europe Écologie Les Verts (EELV). Plus exactement à la source de la Fontaine de Nîmes pour la présentation, ce mardi 4 mai, par Yannick Jadot, député européen, et Antoine Maurice, chef de file du parti aux prochaines élections régionales (20 et 27 juin) en Occitanie, de leurs représentants gardois pour ce scrutin de liste.

Lors la conférence de presse, Yannick Jadot et Antoine Maurice ont notamment critiqué la politique régionale en matière de formation et d'aide aux entreprises, quand bien même ils font aujourd'hui partie de la majorité de la présidente (PS) Carole Delga.

« Les aides aux entreprises ne sont pas assez ciblées vers les entreprises de l'économie sociale et solidaire, notamment. Il faut répondre d'abord aux besoins du territoire et aux entreprises moins financiarisées. Les aides vont aujourd'hui à une économie qui va dans le mur », a notamment expliqué Antoine Maurice, en précisant qu'il y avait là, comme dans la politique de la Région envers la formation, « trop de "en même temps" ».

Dans le droit fil de cette pensée, Antoine Maurice a annoncé qu'il refuserait de participer à une gouvernance qui compterait des membres de La République en Marche (LREM) dans ses rangs.

« Ce qui compte, c'est d'abord le projet. Et l'écologie rassemble. Il y a aussi une proximité de valeur et de compatibilité qui forme un arc humaniste qui ne va pas jusqu'à LREM. Cet arc, il va de la France Insoumise jusqu'au PS », avance, en substance, la tête de liste écologiste.

« Faire vivre la démocratie est parfois une condition de succès »

Sur ce scrutin, EELV compte, comme en 2015, peser au maximum sur le premier tour en Occitanie. A l'époque, le parti emmené par Gérard Onesta avait rassemblé 10,26% des suffrages.

« Dans certaines élections (pense-t-il à la Présidentielle de 2022 ? - NDLR), l'union est nécessaire. Dans d'autres cas (les régionales - NDLR), faire vivre la démocratie est parfois une condition de succès », a estimé Yannick Jadot pour justifier de sa stratégie.

Point sensible à Nîmes, qui abrite la plus grande arène de France, Antoine Maurice a lancé que « la tauromachie (espagnole, NDLR) ce n'est pas la fête, on ne peut pas faire la fête autour de la cruauté ». Il affirme vouloir, en cas de succès, revaloriser le budget consacré à la culture, à laquelle il se dit attaché.

Pour clore cette partie de campagne gardoise. Antoine Maurice et Yannick Jadot, accompagnés de Dirk Offringa et Sybille Jannekeyn, les têtes de liste départementales pour le parti écologiste, ont visité dans l'après-midi, le Vaisseau 3008, un nouvel espace de coworking où est notamment présente une société de réemploi de matériel informatique, ainsi que VSB Energies Nouvelles, un producteur d'électricité verte spécialisé dans le photovoltaïque et l'éolien. Un mode de production qui divise au sein même de la famille écologiste...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :