Hérault : 150 maires sur 343 ne se représenteraient pas

 |   |  287  mots
La proportion de maires renonçant à se représenter serait en hausse de 50 %
La proportion de maires renonçant à se représenter serait en hausse de 50 % (Crédits : Ministère de l'Intérieur)
Au diapason d'une tendance nationale voyant de plus en plus d'édiles renoncer à se représenter, l'Association des maires de France dans l'Hérault prévoit une hausse de 50 % du nombre d'élus choisissant de ne pas solliciter de nouveau mandat aux élections municipales de 2020.

Sollicitée par La Tribune-Objectif, l'Association des maires de France dans l'Hérault (AMF 34) indique que, selon les décomptes réalisés au cours de ses dernières réunions en commission départementale, le nombre de maires déclarant ne pas vouloir se représenter est en hausse sensible. Alors que le turn-over est en moyenne de 100 maires à chaque élection, ce chiffre serait en augmentation de 50 % pour les municipales de 2020 : ainsi, au moins 150 des 343 maires que compte l'Hérault choisiraient de ne pas solliciter de nouveau mandat.

Parmi les motifs le plus souvent invoqués figurent des difficultés financières grandissantes, des "tracasseries administratives en perpétuelle évolution", ou encore, plus globalement, un surcroît de responsabilités à assumer "mais de moins en moins de compétences".

En particulier, les maires se plaignent d'"un contrôle de plus en plus tatillon des services de l'État", aggravé par le fait que la"réduction drastique" du nombre d'agents en préfecture ne leur permettrait plus de faire de l'accompagnement d'élus sur le terrain.

"Le maire a l'impression qu'il est en permanence dans une course de haies", résume Christian Bilhac, président de l'AMF 34 et maire de Péret.

Si l'Hérault n'a pas connu de démissions importantes de maires au cours des derniers mandats, notamment parce qu'ils sont accompagnés par l'AMF 34 et le Centre de Formation des Maires et des Élus Locaux, le département s'inscrit donc dans une tendance largement avérée en vue des élections municipales de 2020 : selon une étude réalisée par l'AMF au niveau national en août, 50 % des maires ne se représenteront pas, contre une moyenne d'un tiers précédemment.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/09/2018 à 9:56 :
Des gens qui travaillent de plus en plus tard, des retraités de plus en plus vieux ne pouvant assumer des responsabilités de plus en plus importantes tout en connaissant des pouvoir de plus en plus restreints.

Facile à voir, je ne sais pas si c'est volontaire de la part de nos minables politiciens nationaux, certainement mais c'est aussi bête qu'improductif.

Mais bon suffit de jeter un oeil sur notre président hein... -_-
a écrit le 01/09/2018 à 9:49 :
35 000 maires et conseils municipaux ça coûte cher aux contribuables, il est temps de regrouper les communes et d'élire les grands maires au suffrage directe !
Réponse de le 01/09/2018 à 10:16 :
" regrouper les communes " ?!? .... deja fait : ça s'appelle les communautés de communes (!)
Probleme : on ne supprime RIEN en parallèle !!!
Réponse de le 03/09/2018 à 11:19 :
Beaucoup de maires ne gagnent que 658 euros par mois (commune de moins de 500 habitants), ce n'est pas les maires des petites communes qui coutent cher. Par contre devoir se déplacer d'une commune à l'autre pour bénéficier d'un service municipal, voilà une belle régression. J'imagine que vous vivez dans une grande ville pour parler ainsi!
a écrit le 31/08/2018 à 16:38 :
Ça poussera peut être enfin à la concentration des communes ... ça nous coûtent un pognon de dingue lol
Le coût le plus élevé d Europe par habitant! Et peut être nos édiles locausvarreteront de construire des hôtels de communautés de région etc.... qui ne servent à rien à part enrichir les copains entrepreneurs du bâtiment .... à suivre
Réponse de le 31/08/2018 à 18:56 :
Je ne pense pas que ce regroupement soit la bonne solution, cette mesure ne fera qu'amplifier cette gestion désincarnée des citoyens. Que les maires retrouvent leurs places de représentation des citoyens qu'ils ont perdu en ce comportant comme des chefs d'entreprises.
a écrit le 31/08/2018 à 16:18 :
En regardant d'où vienne les maires la plupart sont des anciens enseignants de l'éducation nationale, sncf, collectivité territoriale... des fonctionnaires habitués de l'assistanat de l'état, de l'argent facile, sans obligation d'objectifs, de résultat,... pendant leur carrière... avec des semaines de 30h... bien loin du salarié du privé ou chef d'entreprise par manque de temps pour faire de la politique et dans l'impossibilité de retrouver son poste dans la société civile après un mandat au contraire d'un fonctionnaire... alors ne soyons pas surpris des démissions de nos chers maires à la mentalité de la fonction publique !!!!!
Réponse de le 31/08/2018 à 18:04 :
Encore une occasion de casser du sucre sur le dos des fonctionnaires... critiquer le temps de travail des fonctionnaires lorsqu’on a la possibilité de lire La Tribune et de poster des commentaires le vendredi à 16h18 fait sourire... sinon pour information, dans le milieu rural, les maires sont plus souvent issus du monde agricole que du fonctionnariat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :