Robert Ménard, élu haut la main à la tête de l’agglomération Béziers Méditerranée

 |  | 393 mots
Lecture 2 min.
Robert Ménard, élu à l'agglomération de Béziers
Robert Ménard, élu à l'agglomération de Béziers (Crédits : DR)
Le maire de Béziers a remporté ce jeudi 16 juillet la présidence de la Communauté d'agglomération Béziers-Méditerranée. Face au président sortant, Frédéric Lacas (maire de Sérignan), Robert Ménard a réuni 35 voix contre 18, sur 55 votants. Une première victoire à ce niveau pour le maire proche du Rassemblement national, qui a promis un mandat “apaisé” malgré des achoppements dès la nomination des premiers vice-présidents.

Après avoir remporté son deuxième mandat à la mairie de Béziers, Robert Ménard devient pour la première fois président de l'agglomération Béziers-Méditerranée, qui rassemble 120 000 habitants sur 17 communes, à l'ouest du département de l'Hérault.

L'élection opposait le maire de Béziers à Frédéric Lacas, président sortant et maire divers-droite de Sérignan. Lors de son discours de candidature, il a voulu défendre son bilan à la tête de la collectivité et a mis en garde contre son adversaire et ses tendances "à une approche solitaire des affaires et à son goût pour la polémique".

"Je veux tourner la page des batailles internes et faire en sorte que ce coin du département se porte mieux. Les divisions sont un luxe que nous ne pouvons pas nous permettre", lui a répondu Robert Ménard dans son discours d'introduction.

Un budget réorienté

L'édile a également esquissé quelques pistes de travail pour le mandat à venir, promettant une "réorganisation et une simplification de l'administration", et des économies dans les budgets de communication et le recours aux cabinets spécialisés extérieurs.

"Il faut se rapprocher de l'agglomération Hérault Méditerranée", a-t-il aussi souhaité.

Premiers achoppements sur les vice-présidences

Quelques minutes après son élection, Robert Ménard a fait face à de premières contestations chez quelques élus communautaires qui ont déploré sa décision d'élire seulement huit vice-présidents sur cette séance d'installation.

"Je m'entretiendrai ensuite avec les maires des communes pour voir s'ils ont envie de s'adjoindre à cet exécutif", a-t-il encore précisé.

Une décision qui irait déjà à l'encontre du dialogue apaisé, notamment pour Frédéric Lacas.

"Pourquoi huit vice-présidents et non 15 ? C'est pourtant ce que nous avions fait avant."

'"Ce n'est pas une décision personnelle mais prise collectivement avec les huit maires", a répondu Robert Ménard.

Les huit vice-présidents élus par le conseil communautaire sont :

1er vice-président : Robert Gély, maire de Lieuran-lès-Béziers
2 - Gérard Abella, maire de Boujan-sur-Libron
3 - Christophe Thomas, maire de Servian
4 - Claude Allingri, maire de Montblanc
5 - Didier Bresson, maire de Cers
6 - Fabrice Solans, maire de Villeneuve-lès-Béziers
7 - Bertrand Gelly, maire de Corneilhan
8 - Christophe Pastor, maire d'Alignan-du-Vent

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :