Louis Aliot signe un arrêté d’ouverture des commerces non-alimentaires à Perpignan

Le maire de Perpignan Louis Aliot (RN) a signé, le vendredi 30 octobre, un arrêté d’ouverture des commerces non alimentaires du centre- ville à compter de mardi matin 3 novembre. L’élu pointe « l’inégalité de traitement créée par le gouvernement entre les petits commerces et les grandes surfaces ».
Cécile Chaigneau
Le maire de Perpignan a signé un arrêté qui autorisera l'ouverture des commerces non alimentaires du centre ville dès mardi matin 3 novembre.
Le maire de Perpignan a signé un arrêté qui autorisera l'ouverture des commerces non alimentaires du centre ville dès mardi matin 3 novembre. (Crédits : Rémi Benoît)

LA TRIBUNE - Vous ne croyez pas à l'efficacité du reconfinement ?

LOUIS ALLIOT, maire de Perpignan - D'un côté, on agglutine des gens dans des endroits où le virus va circuler, comme les grandes surfaces, et de l'autre, on ferme les commerces dans les centres villes, où les protocoles sanitaires sont très bien respectés. C'est une totale incohérence. Il est anormal qu'on puisse acheter des vêtements en grandes surfaces et pas dans les commerces du centre-ville. On n'a jamais vu de cluster chez les coiffeurs !... Je dénonce l'impréparation du gouvernement à la 2nde vague. Ce confinement ne permettra pas de lutter contre la pandémie et risque de condamner des professionnels sérieux. C'est un nouveau coup dur pour les commerçants qui pourrait s'avérer fatal pour nombre d'entre eux.

Vous avez signé, le 30 octobre, un arrêté d'ouverture des commerces non alimentaires du centre-ville à compter de mardi matin 3 novembre et ce, dites-vous, « jusqu'à ce que le gouvernement revienne de façon juste et sérieuse sur l'inégalité de traitement qu'il a créée entre les petits commerces et les plateformes de type Amazon ou les grandes surfaces ». Cela signifie que vous attendez du gouvernement qu'il rectifie le tir d'ici mardi matin ?

L. A. - Oui. D'ici là, il appartient au Premier ministre Jean Castex de trouver une solution. Je n'ose croire que l'ancien maire de Prades, issu des territoires, veuille faire mourir les commerçants de Perpignan et d'ailleurs. Je ne suis pas le seul maire à prendre cette initiative, les maires de Montauban, Reims ou Chalon-sur-Saône l'ont fait aussi. Ils font face à des commerçants qui ouvrent malgré l'interdiction, ça pourrait mal finir... Et je viens de voir que l'AMF demande au gouvernement de préciser ce qu'est un commerce de première nécessité (le 30 octobre, l'Association des Maires de France a officiellement demandé au gouvernement de revoir rapidement la définition de commerce de première nécessité et de l'élargir, NDLR).

Qu'attendez-vous précisément ?

L. A. - Soit on peut ouvrir les commerces non-alimentaires, les vendeurs de chemises, de chaussures, peut-être en rigidifiant encore un peu plus le protocole, par exemple avec un ou deux clients par boutique. Ou alors, il faut demander aux grandes surfaces de fermer leurs rayons non alimentaires, sous peine de créer une distorsion de concurrence...  Si les choses sont vraiment graves, ce que je crois, alors on prend des mesures plus draconiennes !

Si le gouvernement ne bouge pas, maintiendrez-vous l'arrêté ?

L. A. - Oui je le maintiendrai, car je veux voir si la justice donnera raison au gouvernement.

- MAJ du 2 novembre 2020 -

En plus de Perpignan, deux autres communes Pia (9 000 hab.) et Claira (4 200 hab.) ont pris des arrêtés municipaux pour autoriser l'ouverture des commerces non-essentiels. Trois référés ont été déposés contre ces trois arrêtés municipaux par la préfecture des Pyrénées-Orientales dès samedi 31 octobre. « On s'attend à d'autres arrêtés », déclare-t-on à la préfecture ce lundi matin 2 novembre.

Pour les mêmes raisons que Louis Aliot, Robert Ménard, le maire de Béziers, a également signé, vendredi soir 30 octobre, un arrêté municipal autorisant l'ouverture des commerces non-alimentaires du centre-ville à compter du lendemain. L'édile, qui dit ne pas contester le confinement, entend aller jusqu'en justice pour contester l'inégalité de traitement entre petits commerces et grandes surfaces durant ce deuxième confinement. Dès vendredi soir, le préfet de l'Hérault a en effet déposé un référé contre l'arrêté du maire de Béziers. Le sous-préfet de Béziers, Christian Pouget, a prévenu les commerçants que ceux qui choisiraient d'ouvrir s'exposeraient à être verbalisés, des contrôles étant annoncés dès le samedi matin. Ce à quoi Robert Ménard répondait que concernant ces éventuels procès-verbaux, « la ville les paiera ».

Cécile Chaigneau

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 31
à écrit le 01/11/2020 à 15:06
Signaler
Je ne pensais pas en arriver un jour à écrire ça, mais Aliot a raison. Par contre, fermer les rayons des grandes surfaces augmentera mathématiquement la densité de présence en supermarché. Donc c'est une fausse bonne idée. D'ailleurs ce n'est pas...

le 01/11/2020 à 16:20
Signaler
déja en campagne électorale ! mais attention aux revers

à écrit le 01/11/2020 à 14:30
Signaler
Question : pourquoi un maire.. Entouré d'adjoint, et de conseillers ( juridiques) peut il prendre un arrêté totalement contraire à la Loi , sans courrir le moindre risque de sanction administrative et judiciaire.. Un commerçant peut se voir sanctio...

à écrit le 01/11/2020 à 13:08
Signaler
Il aurait dû faire un arrêté interdisant les ventes non alimentaires. Et mettre l'obligation du clic and collect pour le non alimentaire. C'était très simple et homogène. Pour les commerces alimentaires, imposer une personne par famille de sorte q...

à écrit le 01/11/2020 à 12:01
Signaler
Difficile cette pandémie cela devrait être pris par les maires et selon l'ampleur de l'épidémie dans la ville et la région et surtout que les gens ne puissent faire des déplacements de région à région en ayant un oeil sur les hôpitaux de la région...

à écrit le 01/11/2020 à 8:08
Signaler
Aujourd’hui ou le virus est en train de saturer les hôpitaux des maires s’élèvent contre le confinement Qu’est ce qu’ils ont fait pour empêcher l’emballement ? Est ce qu’ils ont pris des arrêtés pour rendre obligatoire le masque ? Ils n’ont rie...

à écrit le 31/10/2020 à 21:21
Signaler
Tatou , piercing , cabine uv , épilation c'est indispensable . Macron le grand pédagogue du chaos subventionne ces activités hautement culturelles . Chapeau l'artiste !

à écrit le 31/10/2020 à 17:46
Signaler
Peu importe le bord politique, l'important est que nos élus locaux défendent les commerces de proximités face à ce re-confinement et ses règles illégitimes

à écrit le 31/10/2020 à 17:45
Signaler
Incroyable cette irresponsabilité de certaines personnes qui prennent cette pandémie comme une partie de rigolade. Quant à ces "yakafokon" et ces experts en tout genre qui squattent les radios et les plateaux de télévision ils feraient mieux de se ta...

le 31/10/2020 à 18:31
Signaler
Alors pour vous il n'y a pas de problèmes dans les supermarchés mais il y en a dans les petits commerces. Votre réponse sent le parti pris à plein nez ou l'irresponsabilité complète

à écrit le 31/10/2020 à 15:01
Signaler
Aujourd’hui ou le virus est en train de saturer les hôpitaux des maires s’élèvent contre le confinement Qu’est ce qu’ils ont fait pour empêcher l’emballement ? Est ce qu’ils ont pris des arrêtés pour rendre obligatoire le masque ? Ils n’ont rien f...

à écrit le 31/10/2020 à 12:37
Signaler
Ça part d’un bon sentiment et parait logique, mais il n’est pas le seul à avoir pris ce genre d’initiative. Je doute que cela soit validé par les préfets. Un maire ne peut pas aller à l’encontre d’une décision gouvernementale. Cette initiative relèv...

à écrit le 31/10/2020 à 11:29
Signaler
Que l'autonomie des territoires s'exprime fortement, cela fait du bien au moral. La justice tranchera car nous sommes dans un état de droit. Il s'agit d'une liberté qui s'exprime de façon responsable. Pour l'instant la science, sur les variations du ...

à écrit le 31/10/2020 à 10:44
Signaler
Covid-19 : le saumon frais peut aider le virus à rester viable, selon une étude Interdisons en urgence le saumon frais, et les surgelés aussi

à écrit le 31/10/2020 à 10:39
Signaler
Alliot a raison, ça n’a ni queue ni tête de fermer les petits commerces car la fréquentation y est suffisamment faible pour minimiser les risques d’attraper le virus !!! Mais l’état a complètement socialisé l’économie de ce Pays et les conséquences v...

à écrit le 31/10/2020 à 10:25
Signaler
C'est quoi ce fil de commentaires seulement autorisé pour les RN ? Vous nous préparez lepen pour 2022 ou quoi ?

à écrit le 31/10/2020 à 10:04
Signaler
Ce ne sont pas les hypermarchés qu'il faut fermer, ce sont les "petits" commerces qu'il faut ouvrir. Tous les commerces sont "essentiels", pas nécessairement "vitaux" mais "essentiels" : le commerce c'est la vie, une entreprise ne peut pas fonctionne...

à écrit le 31/10/2020 à 10:04
Signaler
C'est vrai qu'il y a des aberrations. Avec des protocoles stricts et une régulation du flot de clients on pourrait maintenir beaucoup plus d'activité

à écrit le 31/10/2020 à 9:44
Signaler
et les ventes internet, on boucle aussi ?

à écrit le 31/10/2020 à 8:57
Signaler
Ah on se doute qu'ils vont pas se plaindre des libertés restreintes au RN hein...

à écrit le 31/10/2020 à 8:56
Signaler
Sans être très proche, pour le moins, du RN, je partage les vues de M.Aliot sur l'absurdité de cette interdiction d'accès à certains produits: impossible d'acheter un livre? Impossible d'acheter une chemise? Et pourquoi avoir de telles mesures qui co...

à écrit le 31/10/2020 à 8:17
Signaler
Remarquable!

à écrit le 31/10/2020 à 1:02
Signaler
Bravo Monsieur Le Maire Les hypermarchés DOIVENT FERMER leurs rayons non alimentaires et non hygiène. Qu'ils vident entièrement leurs gondoles des caisses à l'allée centrale, et condamnent l'accès des gondoles, de l'allée centrale au fond. ...

le 31/10/2020 à 10:19
Signaler
Pourquoi vous voulez que l on applique aussi aux femmes le régime iranien et chinois en France? Vous oubliez que le gouvernement a pour mission le bien être et la sécurité générale pas personnelle . Qu’e pèsent les centaines de lmilliers - peut êtr...

le 31/10/2020 à 10:47
Signaler
Et le PQ, vous l achèterez où ??

le 31/10/2020 à 11:55
Signaler
Qui ???? extrapole aux Femmes ? Anne-Sophie ? Non. C'est vous. Paralyser Amazon à chaque " confinement " présent et à venir.

à écrit le 30/10/2020 à 23:13
Signaler
Je trouve qu'il a raison...le vrai problème vient des bars, soirées, etc...laisser les commerces ouverts avec un couvre feu des 19h et un confinement le weekend aurait eu du sens...quand on voit la chienlit créer par Blanquer et son refus de laisser ...

à écrit le 30/10/2020 à 22:36
Signaler
Totalement illégal, il sera annulé par le juge... et il le sait mais le buzz le buzz...

à écrit le 30/10/2020 à 21:22
Signaler
Lors du précédent confinement, il a été évoqué pour lutter contre la pandémie, ou du moins limiter la propagation du virus, qu'une surface de 4 m² entre les individus dans les bureaux état optimale. Si je ne me trompe pas. Pour quelle raison le Gouv...

à écrit le 30/10/2020 à 21:17
Signaler
BRAVO ! Quand trop se couchent , lui se tient debout .

le 31/10/2020 à 19:41
Signaler
L'individu est mis en examen pour détournement de fond public. Comme 90% des cadres du FN, il a croqué de l'argent public sans se soucier d'en justifier l'emploi. Il utilise cette question des petits commerces pour faire campagne pour les élection...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.