Onze nouveaux quartiers ANRU en Languedoc-Roussillon

 |   |  327  mots
Le quartier du Petit Bard à Montpellier, qui avait bénéficié du programme ANRU 2003-2015.
Le quartier du Petit Bard à Montpellier, qui avait bénéficié du programme ANRU 2003-2015. (Crédits : David Richard / Transit / Ville Montpellier)
Le 15 décembre, l'ANRU a établi la liste des 200 quartiers, dont neuf en région, qui bénéficieront du nouveau programme de renouvellement urbain sur les 10 ans à venir. Deux quartiers supplémentaires, à Montpellier et Bagnols-sur-Cèze, sont "signalés".

Présenté par l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), ce nouveau programme d'envergure de renouvellement urbain faisait partie des promesses de campagne de François Hollande. Il concerne les quartiers où la pauvreté est la plus forte, où les habitants ont le plus de mal à se loger correctement et à accéder aux services publics ou encore à des transports de qualité et fiables, fait savoir le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.

L'enveloppe globale de nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) sur la période 2014-2024 est de 5 Mds €, qui devraient générer 20 Mds € d'investissements locaux et 300 000 emplois (dont 240 000 dans la filière du BTP). Quelque 150 M€ seront affectés à des études préalables à l'engagement des projets.

83 % de ces 5 Mds € iront aux 200 quartiers d'intérêt national (soit 4 Mds €), et 17 % aux 200 quartiers d'intérêt régional (soit 850 M€ via les Contrats de plans État-Régions).

Carte ANRU 2014

Sur les 200 quartiers d'intérêt national identifiés par l'ANRU (soit 2 millions d'habitants concernés), neuf se trouvent en Languedoc-Roussillon : Prés-Saint-Jean-Les Cévennes à Alès ; Valdegour, Pissevin, Chemin Bas d'Avignon et Mas-de-Mingue à Nîmes ; centre ville et la Devèze à Béziers ; la Mosson à Montpellier ; Saint-Jacques à Perpignan.

« Si la Mosson a pu bénéficier du programme ANRU 2, c'est parce que j'ai tenu à ce que la salle Louis Feuillade soit gérée par la Ville et non en délégation à des associations comme l'avait fait Hélène Mandroux, a déclaré Philippe Saurel au moment de la séance inaugurale du Contrat de Ville 2015-2020, mercredi 17 décembre. Dans des quartiers prioritaires, la présence du service public est indispensable ! »

Sur les 200 quartiers d'intérêt régional, 55 dits « signalés » car présentant des enjeux importants, sont d'ores et déjà identifiés par l'ANRU. Parmi eux, deux en Languedoc-Roussillon, pour une enveloppe de 35 M€ : les Cévennes à Montpellier, et les Escanaux à Bagnols-sur-Cèze dans le Gard.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :