Le TER à 1 € généralisé à toute la région

 |   |  462  mots
Damien Alary, le président de la Région Languedoc-Roussillon, a lancé la généralisation du train à 1 € ce lundi 5 janvier 2015, à la gare de Montpellier Saint-Roch.
Damien Alary, le président de la Région Languedoc-Roussillon, a lancé la généralisation du train à 1 € ce lundi 5 janvier 2015, à la gare de Montpellier Saint-Roch. (Crédits : Région LR)
C’est lundi 5 janvier 2015 qu'a pris effet la généralisation du TER à 1 € sur toutes les lignes de la région, selon les vœux du Conseil régional Languedoc-Roussillon. Un dispositif unique en France, mis en place avec la SNCF dans le cadre d'une convention annuelle de 109 M€.

À compter de ce lundi 5 janvier 2015, les usagers du TER peuvent bénéficier d'une tarification unique à 1 €, selon certaines conditions, sur l'ensemble du réseau de transport du Languedoc-Roussillon (1 500 km de lignes ferroviaires, 200 trains quotidiens). Le lancement de ce dispositif tarifaire unique en France, mis en œuvre par la Région avec le concours de la SNCF, a eu lundi 5 janvier à 11 h, dans la gare de Montpellier Saint-Roch, en présence de Damien Alary, président de Région, Marie-Meunier Polge, vice-présidente de la Région déléguée aux transports et intermodalités, et Philippe Charlot, directeur régional SNCF Languedoc-Roussillon.

Un dispositif qui « s'inscrit dans la stratégie régionale d'un transport public pour tous, vecteur de mobilité et d'équité sociale », selon un communiqué de la Région à l'initiative de la démarche, et qui constitue « un sérieux coup de pouce au pouvoir d'achat des usagers ».

Les ventes de billets se font sur un site internet dédié, www.train1euro.fr et les voyageurs sont invités à imprimer eux-mêmes leurs billets. À l'exception cependant des cinq premières lignes qui avaient fait l'objet d'une expérimentation du dispositif entre 2011 et 2013 (Nîmes/Le Grau-du-Roi, Perpignan-Villefranche-de-Conflent/Vernet-les-Bains, Carcassonne/Limoux/Quillan, La Bastide/Mende/Marvejols, et Béziers/Ceilhes/Roqueronde). Ces dernières restent ouvertes aux mêmes conditions d'accès, mais les billets, vendus en gare, sur les distributeurs régionaux et à bord des trains, ne sont pas disponibles à la vente sur le site internet dédié.

Cette expérimentation sur ces cinq premières lignes avait généré un accroissement de la fréquentation des TER, le nombre de voyages étant passé de 200 000 avant la tarification spéciale à 695 000 en 2013.

Les TER, qui sont aujourd'hui empruntés par 23 000 passagers par jour en Languedoc-Roussillon, disposeront de places à 1 € en quantités variables, selon les lignes, les horaires, la fréquentation. Aux heures de pointe, les abonnés restent favorisés.

« Plus les trains sont remplis, moins de places à 1 € sont disponibles sur ces trajets », prévient la Région.

460 000 places mises en vente

Cette tarification ne devrait ainsi s'appliquer qu'à 460 000 places en 2015, soit environ 5 % des trajets effectués, et dans la limite des places disponibles.

Ce lancement constitue une première étape dans la généralisation, avant l'adaptation des offres pour les abonnés, les salariés et les étudiants (soit 13 000 abonnements) au mois de septembre prochain. Ces usagers devraient bénéficier d'une offre leur permettant de voyager sans limite dans les trains régionaux du Languedoc-Roussillon.

La Région compensera les charges supplémentaires d'exploitation résultant de la mise en œuvre de ce nouveau service, soit 3,5 M€ en 2015. Ce qui monte la convention annuelle d'exploitation entre la Région et la SNCF à 109,42 M€ TTC pour 2015.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2015 à 14:20 :
Pour info : aucune possibilité de souscrire un billet à 1€...il y a un bug informatique depuis le lancement....!!!!
a écrit le 06/01/2015 à 9:20 :
Voilà l'explication de l'augmentation de mon abonnement kartatoo pro mensuel.
Le manque de place assise dans les TER aux heures de pointe matin et soir, et particulièrement le lundi et vendredi ne va pas s'arranger.
a écrit le 06/01/2015 à 8:43 :
que voilà de la pub rien n'est ouvert à tous étant donné que la vente se fait par internet cela paraît être de la discrimination pour certains en plus ce n'est pas définitif et il ni a qu'un nombre limité ce ne sont que des effets d'annonce
a écrit le 05/01/2015 à 20:58 :
Pas étonnat que la SNCF augmente de façon importante ses tarifs sur le réseau national. Tant mieux pour ceux qui profitent de bas tarifs, mais la logique voudrait que l'effort soit partagé :-)
Réponse de le 06/01/2015 à 14:22 :
C'est la Région qui paie la différence (pas la SNCF qui encaisse en fin de compte le prix normal...)
a écrit le 05/01/2015 à 20:47 :
Combien de morts sur les passages à niveau du TER dans ce pays depuis une décennie , quand on voit le plus souvent des wagons presque vide , et que les billets payés ne le sont pas au coût de ce transport .
a écrit le 05/01/2015 à 20:41 :
Et voila comment mon fait supporter le coût des transports publics par les entreprises et les contribuables. Souvent par ceux qui ne le prennes pas pour mille raisons...
a écrit le 05/01/2015 à 18:41 :
Beaucoup de rouge sur la photo !
C'est le retour du tout gratuit, c'est pourtant ce qui a fait chuter l'URSS...
Pas de signal prix, aucun lien entre le coût et le prix...
Ça ne tiendra pas à la prochaine élection (quelque soit le vainqueur) !
De la même manière que le Navigo à zone unique en Ile-de-France.

Dire que les régions ont déjà du mal à boucler leur budget... certaines n'ont peur de rien pour la réélection !
a écrit le 05/01/2015 à 18:14 :
C'est à des années lumières du cout .Faire croire que l on rase gratos , c est vraiment pitoyable en cette periode de nécessaire rigueur budgetaire.
Réponse de le 05/01/2015 à 18:38 :
Parce que des tarifs si cher pour compenser le manque occasionné par les fraudeurs est plus rentable?
Réponse de le 06/01/2015 à 9:17 :
Et faire tout simplement payer les fraudeurs ?...
a écrit le 05/01/2015 à 17:15 :
Faire de la promotion, plutôt que de maintenir des trains pour éviter la désertification des régions, et cela veut s'appeler service public!
a écrit le 05/01/2015 à 16:23 :
C'est bien. Le bus, le train... et demain ils raseront gratis. Au fait, qui paie?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :