1,5 milliard d’euros, ce que la Métropole de Montpellier promet d’investir sur un mandat

 |  | 1197 mots
Lecture 6 min.
Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de la Métropole, lors du conseil métropolitain du 30 mars 2021 (capture d'écran).
Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de la Métropole, lors du conseil métropolitain du 30 mars 2021 (capture d'écran). (Crédits : DR)
Le nouvel exécutif aux manettes de la Métropole de Montpellier depuis juillet 2020 a entériné son premier budget primitif à hauteur de 975 millions d’euros. Le président Michaël Delafosse annonce également faire « le choix historique » d’investir plus de 1,5 milliard d’euros sur ce mandat. Et ça commence avec 300 millions de dépenses d’équipement en 2021 pour booster la sortie de crise. Son mantra, maintes fois répété : protéger.

Le 29 mars, le conseil métropolitain de Montpellier a acté son budget primitif 2021, le premier de sa mandature : 975 millions d'euros avec deux axes majeurs, la transition écologique et la relance économique.

« Ce budget incarne toute notre ambition pour la transition écologique et solidaire, déclare Michaël Delafosse, maire de la Ville de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole. Gratuité des transports, prolongation de la ligne 1 et mise en service de la ligne 5 de tramway, création du pôle européen Med Vallée sur la santé, l'alimentation et le bien-être, politique de réduction des déchets, plan pour les mobilités actives et décarbonées, etc. : un nouveau cap est clairement fixé. »

Michaël Delafosse a aussi annoncé vouloir investir plus de 1,5 milliard d'euros sur son mandat, « voire même 1,8 milliards d'euros selon le dernier objectif du président, soit 30 à 40% supérieur aux années précédentes », précise Renaud Calvat, vice-président délégué aux Finances et à la Coopération avec les communes, qui ambitionne également « d'améliorer le taux d'exécution des dépenses d'investissement, pour passer 60 à 65% jusqu'à présent, à 90-95% ».

300 millions d'euros de dépenses d'équipement

Pour 2021, la collectivité annonce budgéter 568 millions de recettes de fonctionnement - « en hausse de 1% seulement », précise Renaud Calvat - et 494 millions d'euros de dépenses, soit un delta de 74 millions d'euros, « une marge de manœuvre importante pour financer les investissements ».

« L'objectif du président est de maintenir une capacité de désendettement inférieure à douze ans dans les six prochaines années », précise Renaud Calvat.

Le budget d'investissement 2021 s'élève à 448 millions d'euros, dont 300 millions d'euros de dépenses d'équipement (+ 36% par rapport à 2019), qui seront prioritairement fléchés sur la transition écologique et les mobilités.

Sur un budget consolidé hors dette de 810 millions d'euros (investissements et fonctionnement), la répartition affecte 19% aux transports et mobilités, 19% des dépenses aux voiries et à l'espace public, 15% aux services supports, 12% aux déchets, 10% à la culture, ou 5% au développement économique et au tourisme.

Les 151 millions d'euros affectés aux transports et mobilités financeront la gratuité des transports en commun, la poursuite des études pour la ligne 5 ou pour l'extension de la ligne 1 du tramway, ou le démarrage de la réalisation des bus à haut niveau de service.

Mobilités, ANRU, Med Vallée,...

Parmi les grands projets d'investissement de 2021, figurent le développement d'une politique alimentaire durable (1 million d'euros), l'acquisition de trois bus au GNV (2,6 millions d'euros), le soutien au foncier économique avec 7 millions d'euros d'acquisitions pour la Med Vallée, le schéma directeur d'alimentation en eau potable (17 millions d'euros, notamment pour la réalisation de l'usine de potabilisation à Valédeau), un engagement dès 2021 de 8,6 millions d'euros au titre du programme ANRU pour la rénovation des quartiers Mosson et Cévennes (un programme de 380 millions d'euros au total d'ici 2024, dont un investissement de 84,5 millions d'euros de la Métropole et de 38 millions d'euros de la Ville) , 2,5 millions d'euros pour le fonds de solidarité logement, ou encore 18,7 millions d'euros pour la modernisation des équipements culturels.

Au titre du soutien à l'économie de demain, la collectivité annonce 1,5 million d'euros fléchés sur le fonds d'investissements stratégique, des engagements auprès de fonds d'investissements ou de soutien au fonds d'aide L'OCCAL, mais aussi 21,8 millions d'euros pour le développement économique et numérique, santé, enseignement supérieur.

Le nouvel exécutif augmente de 1,1% la taxe d'enlèvement sur les ordures ménagères (soit en moyenne 21 euros par foyer et par an), précisant qu'il devait « faire face aux lourds déséquilibres hérités de la gestion précédente », notamment « la décision non-préparée de fermer la décharge de Castries en 2019 et la nécessité d'exporter nos déchets », qui engendrent un surcoût de 11 millions d'euros dès 2021.

« Vous ne tenez aucun compte de la crise sanitaire »

Quelques voix se sont bien sûr élevées, pour critiquer ce budget. A commencer par Clothilde Ollier, élu d'opposition, qui reproche à Michaël Delafosse un engagement insuffisant sur l'écologie et une bétonisation de la ville : « Vous ne prenez pas la mesure de la gravité de la situation, vous n'écoutez pas et continuez cette course écocide ! ».

Après avoir toutefois relevé des points positifs « comme une meilleure prise en compte de l'impact Covid, ou encore les déchets et l'eau où on comprend où on va », Alenka Doulain (groupe Nous Sommes Montpellier) annonçait voter contre le budget primitif : « Ce budget n'est pas à la hauteur des crises que connaît notre territoire. Vous nous proposez un budget moins élevé qu'en 2020, à l'heure où tout le monde parle de relance et de la nécessité pour les collectivités de faire leur part en termes de commandes publiques (...) Ce budget souffre d'être malhonnête car on nous ressort les mêmes recettes pour financer le monde d'avant. Sur les mobilités, l'ambition est louable mais l'autorisation de programme est floue et on peut s'interroger sur votre capacité à programmer de tels montants. (...) Sur la stratégie économique, là aussi, on recommence : on prévoit un budget pour l'agence de développement économique mais sans feuille de route, sans parler du projet Med Vallée (...) ».

Max Levita, ancien "Monsieur Finances" de la mandature Saurel, quant à lui, tacle l'exécutif, estimant qu'il ne tient « aucun compte de la crise sanitaire et économique actuelle, vous faites comme si on en était totalement sortis, aucune précaution n'est prise ! ». Or assure-t-il, « le contrecoup de la crise sur les recettes de la collectivité aura lieu en 2022 et 2023 et nous les enregistrerons avec des baisses de la CFE et de la CVAE considérables ».

L'élu regrette également que « dans votre budget de 810 millions d'euros, seulement 5% du budget sont consacrés au développement économique et au tourisme, en 2021, au plus fort d'une crise économique sans précédent. Votre budget ne correspond pas à la situation actuelle ».

« Protéger », mantra du président

Renaud Calvat veut, en réponse, faire la démonstration d'un budget à la hauteur de la crise traversée : « Bien sûr que nous avons pris en considération la crise Covid puisque 13 millions d'euros sont budgétés pour assumer les conséquences difficiles de la crise du Covid. Mais nos entreprises ont un peu mieux résisté qu'ailleurs : les services fiscaux nous indiquent que la CVAE ne baisse que de 0,6% sur la métropole de Montpellier quand elle baisse de 10% en moyenne dans les autres métropoles. Et les 40 millions d'aides aux entreprises ne comptent pas les dizaines de dizaines de millions d'euros injectés en travaux par la métropole, avec 300 millions d'euros de marchés publics qui seront proposés aux entreprises du territoire ».

« Ce budget vise à protéger, conclut Michaël Delafosse. Protéger l'emploi sur notre territoire. Protéger des inondations. Protéger la ressource en eau. Protéger les plus fragiles en développant un office foncier solidaire et avec le Plan Pauvreté. Protéger nos espaces. C'est un budget qui nous engage dans la transition écologique et solidaire. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :