L’Assemblée nationale adopte la carte des 13 régions

 |   |  209  mots
Dès le début des débats sur la réforme territoriale, la région Languedoc-Roussillon avait affiché sa volonté de ne pas fusionner avec Midi-Pyrénées.
Dès le début des débats sur la réforme territoriale, la région Languedoc-Roussillon avait affiché sa volonté de ne pas fusionner avec Midi-Pyrénées. (Crédits : Anthony Rey)
La messe est (presque) dite. Dans la nuit du mercredi 19 au jeudi 20 novembre, les députés ont adopté en deuxième lecture la carte à 13 régions inscrite dans la réforme territoriale, pourtant vivement critiquée par bon nombre de députés de tous bords. Le Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées feront donc pot commun.

La fronde des élus locaux, emmenés initialement par le président du Conseil régional Languedoc-Roussillon Christian Bourquin, n'aura pas suffi à faire pencher la balance de l'autre côté : le gouvernement a tenu bon sur son projet de réforme territoriale ramenant les régions de France de 22 à 13.

Dans la nuit du mercredi 19 au jeudi 20 novembre, et malgré la position du Sénat fin octobre qui avait porté la carte à 15 régions, les députés ont adopté en deuxième lecture la carte des 13 régions, actant ainsi la fusion du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées, et dans l'Est le rapprochement de l'Alsace, la Lorraine et Champagne-Ardennes.

L'article 1er du projet de loi de réforme territoriale a donné lieu à de nouveaux débats passionnés dans l'hémicycle. Mais aucun des amendements (une soixantaine) présentés par les opposants aux 13 régions n'a été adopté.

« La carte du gouvernement a été amendée, discutée, transformée dans un dialogue allé à son terme », plaide le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

La mise en place de la nouvelle carte est prévue pour 2016. Avant cela, les élections régionales pourraient avoir lieu en fin d'année 2015, et non au printemps comme initialement prévu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2014 à 19:31 :
Le problème c'est que la fusion est un moyen. Pas une fin en soi. Et malheureusement fien n'a été pensé : pas d'économies possibles pour l'administration à court et moyen termes. Pas de synergies économiques non plus vues les orientations opposées de ces economies régionales. Agriculture méditerranéenne, gestion maritime et portuaire, Tourisme, problématiques environnementales : tout rapprochait le LR de Paca alors que MpP avait de fortes synergies avec l'Aquitaine. Et contrairement à ce que l’on entend, ce sont les Toulousains qui ont le plus à perdre dans cette affaire. Il va falloir mettre la main à la poche pour compenser le développement économique du LR.
a écrit le 21/11/2014 à 10:28 :
A quand un nouveau drapeau sur l'hôtel de région ?
OUI !
Vive notre région Midi-Pyrénées-Languedoc
a écrit le 20/11/2014 à 18:59 :
le génocide culturel sur la lorraine, qui a suivi le vrai génocide français au 17ème siècle est arrivé à son stade final. Les élus lorrains, incompétents et désunis... et vendus, ne se sont même pas battu pour Metz capitale. S'en est fini de la moindre parcelle de souveraineté de cette Lorraine, indépendante jusqu'en 1766 et qui n'est désormais plus rien. RIEN...
Honte aux élus lorrains. Pour les autres, pas de surprise, l'oligarchie parisienne dans toute sa splendeur.
Réponse de le 20/11/2014 à 21:08 :
Strasbourg à plus d'habitants et une superficie supérieure à Metz et Nancy réunis .
a écrit le 20/11/2014 à 18:51 :
Voilà la bonne occasion pour poursuivre les réformes structurelles de l'état. Le sénat, pourrait être revu dans sa composition comme dans la durée de l'exercice des sénateurs. Un sénat composé des treize présidents de région plus les maires des agglomérations urbaines de plus de 100 000 habitants. Cette nouvelle structure semble plus adaptée dans la représentation et le faire valoir des élus.
Réponse de le 21/11/2014 à 19:33 :
Peut être pas une si mauvaise idée. Ceci étant cela était aussi possible à 22 régions !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :