Manuel Valls critique la hausse des impôts à Toulouse

 |   |  273  mots
Manuel Valls et Laurence Arribagé ne sont pas d'accord au sujet de la hausse des impôts à Toulouse
Manuel Valls et Laurence Arribagé ne sont pas d'accord au sujet de la hausse des impôts à Toulouse (Crédits : Rémi Benoit)
Mercredi 15 avril, à l'Assemblée nationale, le Premier ministre Manuel Valls a cité l'exemple de Jean-Luc Moudenc (maire UMP de Toulouse) pour critiquer les maires qui ont augmenté les impôts dans leurs communes afin de compenser la baisse des dotations de l'État. La députée UMP Laurence Arribagé, également adjointe à la Mairie de Toulouse, dénonce des "attaques d'une mauvaise foi singulière".

Manuel Valls a directement mis en cause le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc hier, 15 avril, lors des questions à l'Assemblée nationale. Interrogé sur la hausse de la fiscalité dans certaines communes, le Premier ministre s'est agacé :

"Quand tel maire d'une grande ville, je pense à Toulouse, annonce qu'il augmente sa taxe d'habitation et sa taxe foncière de 15 %, pour obtenir 30 millions d'euros de recettes supplémentaires par an alors que sa baisse de DGF est de 12 millions en 2015, il ne peut pas dire que sa décision d'augmenter les impôts est contrainte par la baisse des dotations."

Une accusation à laquelle a répondu dans la foulée la députée UMP de Haute-Garonne Laurence Arribagé (également adjointe à la Mairie de Toulouse), dénonçant "des attaques d'une mauvaise foi singulière de la part de Manuel Valls" :

"Ces attaques sont également construites sur la base de contre-vérités flagrantes car Toulouse doit non seulement supporter la nouvelle impuissance financière de l'État, mais aussi l'héritage budgétaire catastrophique laissé par les amis socialistes de Manuel Valls, et dont l'ampleur, longtemps dissimulée, ne laisse aucune marge de manœuvre et a conduit à une révision de la fiscalité.

La hausse actuelle de la fiscalité toulousaine n'est ni plus ni moins que la conséquence d'un État de gauche en faillite cumulée au passif d'une gestion municipale socialiste désastreuse, dont ni l'opposition, ni l'UMP, ni le maire de Toulouse ne sont comptables."

Pour rappel, vendredi 10 avril, le Conseil municipal de Toulouse a acté une hausse des impôts de 15 %. La fiscalité augmentera également pour Toulouse Métropole (7,5 % en 2015).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :