Le Chinois Casil Europe, actionnaire principal de l'aéroport de Toulouse

 |   |  279  mots
Signé le 15 avril, l’arrêté sur les ventes des parts de l’État dans la société de gestion de l’aéroport Toulouse-Blagnac (ATB) a été publié le 17 avril 2015 au Journal officiel. Il confirme la vente pour 308 M€ des 49,9 % cédés à Casil Europe. Cette société, immatriculée en France, est détenue par Shandong High Speed Group et le fonds d'investissement Friedman Pacific Asset Management.

C'est fait. L'État vient de céder définitivement une majorité de ses parts dans la société ATB, qui gère l'aéroport de Toulouse-Blagnac. L'arrêté est paru au Journal officiel le 17 avril 2015 et stipule que le nouvel acquéreur, nommé Casil Europe (société de droit français composée de deux sociétés chinoises : Shandong High Speed Group et le fonds d'investissement Friedman Pacific Asset Management), a racheté ces parts pour près de 308 millions d'euros. Une étape cruciale pour un dossier à rebondissement qui s'est ouvert il y a 9 mois (l'appel d'offres a été lancé en juillet 2014).

Le document est accessible ici.

Pour le président d'ATB Jean-Michel Vernhes,

"Cette vente n'est pas une surprise. C'était dans les tuyaux depuis longtemps, elle est désormais effective. Les salariés sont au courant et je vais en discuter avec eux ce matin".

Le président d'ATB a envoyé un mail à tous les salariés à 8h30 et doit s'exprimer devant eux à 11h. Une nouvelle gouvernance va être mise en place dans les semaines à venir.

Recours toujours en cours

L'officialisation de la vente des parts de l'État intervient alors que des actions en justice sont en cours. En effet, le collectif anti-privatisation a déposé une requête pour une action en nullité contre le pacte d'actionnaires.

"C'est regrettable un tel manque de respect pour la justice et les citoyens", a commenté Christophe Lèguevaques, l'avocat du collectif.

Par ailleurs, l'ensemble des collectivités locales actionnaires ( Région, Département Métropole) se sont prononcées pour le maintien sous maitrise publique de la société et contre la vente des 10 % restants à l'Éta

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :