Fusion des régions : élus et entrepreneurs réclament la LGV Toulouse-Montpellier

 |   |  497  mots
Les chefs d'entreprise ont pu s'exprimer sur leurs attentes au sujet de la future région le 18 mai à Toulouse
Les chefs d'entreprise ont pu s'exprimer sur leurs attentes au sujet de la future région le 18 mai à Toulouse (Crédits : Rémi Benoit)
Un sujet fait l’unanimité auprès des différents acteurs engagés dans la réforme territoriale. Il tient en trois lettres : LGV, pour ligne à grande vitesse entre Toulouse et Montpellier. Le sujet s’est rapidement imposé, le 18 mai, à l’occasion d’une table-ronde qui a rassemblé chefs d’entreprises, organisations patronale et syndicale et hommes politiques, dans le cadre des 1ères Rencontres de la Nouvelle région organisées par La Tribune-Objectif News et Objectif Languedoc-Roussillon à Toulouse.

Elle n'existe pas encore tout-à-fait, mais la future grande région issue de la fusion de Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées affiche déjà des "mensurations" de rêve. Treize départements, 72 000 km 2, elle aura la taille du Benelux et deviendra la plus grande région de France. Pour que ces atouts ne se transforment pas très vite en énorme caillou dans la chaussure, les chefs d'entreprises ont déjà bien compris qu'il faudra équiper ce nouveau territoire du TGV.

"On ne peut pas créer cette région sans mettre en priorité la ligne à grande vitesse entre Toulouse et Montpellier, il en va de la responsabilité de l'État sur le sujet", a ainsi lancé Marie-Thérèse Mercier, présidente du Medef de Montpellier mais aussi associée et responsable de l'activité entrepreneur EY, se disant même prête à lancer une opération de crowdfunding pour accélérer l'arrivée du TGV !

"Messieurs les politiques, nous sommes dans un mariage de raison, je rappelle que ce sont ceux qui durent le plus longtemps, à condition d'y mettre les moyens" a-t-elle interpellé.

La LGV mettrait Toulouse à une heure de Montpellier

Actuellement 2h30 séparent les deux grandes métropoles. "Trop, beaucoup trop" a aussi estimé François Chollet, vice-président de Toulouse Métropole qui qualifie la question des déplacements d'"incontournable." Sur le sujet, petites et grandes entreprises partagent les mêmes attentes. Ainsi Jacques Rubio, le directeur général de Kaufman & Broad déjà présent en Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, a cité l'exemple de Bordeaux qui a "explosé" en dix ans, mais aussi d'Aix-en-Provence ou de Lyon, "deux villes qui ont pris une ampleur considérable grâce au TGV. Il ne fait aucun doute qu'il faut mettre Toulouse à une heure de Montpellier comme Toulouse à une heure de Bordeaux," a-t-il plaidé. Laurent Bacca, président de Fullsave, société basée à Labège et qui développe des infrastructures de cloud et de télécom, voit même plus loin, plaidant déjà pour "des wagons connectés dans le futur TGV Toulouse-Montpellier."

La grande région : un argument fort pour avoir la LGV

Des arguments qui semblent entendus par les actuels présidents des Conseils régionaux, Martin Malvy et Damien Alary qui assistaient au débat. "Je suis convaincu que cette liaison verra le jour, malgré le coût (à titre d'exemple la liaison Bordeaux-Toulouse qui couvre la même distance coûte 6 milliards d'euros NDLR)", a estimé Martin Malvy en pointant des enjeux considérables.

"Cela mettrait aussi Bordeaux à 2 heures de Montpellier et Toulouse à 2h30 de Lyon et de Barcelone. Quand les enjeux sont à cette hauteur, nous avons l'obligation nationale de réussir. La création de cette grande région est un argument fort pour plaider la LGV entre Toulouse et Montpellier."

Le maire de Montpellier Philippe Saurel, qui saurel de 2015, fait de cette LGV Toulouse-Montpellier une priorité de son programme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/05/2015 à 14:02 :
Paris et le désert Français...
Toulouse, Montpellier et le désert régional...
La première entreprise de France est l'artisanat, pas IBM, Sanofi, ou Airbus!!!
et
la concentration n'engendre que des surcoûts, des problèmes organisationnels sociaux.../...
Messieurs revoyez vos copies.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :