28 M€ sur cinq ans pour les premières réalisations du Grand Parc Garonne

 |   |  864  mots
Le futur Quai de Tounis sera visible dès cet été
Le futur Quai de Tounis sera visible dès cet été (Crédits : Agence BAU-B.)
Trois ans après son approbation par Toulouse Métropole, le plan guide du Grand Parc Garonne, élaboré par le paysagiste Henri Bava, se concrétise. Les premières réalisations seront visibles dès cet été.

"Un territoire de 3 000 hectares, soit 8 % de l'espace métropolitain, voilà le périmètre de ce Grand Parc Garonne qui traversera sept communes de la métropole le long d'une voie verte de 32 km", a rappelé hier lors d'une conférence de presse Henri Bava, le paysagiste de l'agence TER qui a conçu le projet.

"C'est un outil indispensable pour aider Toulouse à émerger comme une métropole européenne, en se réappropriant son paysage fluvial et un bien commun pour les 37 communes de la métropole", estime-t-il.

Trois "séquences" ont ainsi été déterminées pour faire émerger les premières réalisations de ce vaste programme à horizon 2020, le tout pour un budget de 28 millions d'euros. La première au nord de la ville concerne la Garonne aval, la seconde Toulouse centre et la troisième au sud, l'île du Ramier.

Ambiance Guinguette Quai de Tounis dès le 18 juillet

Les aménagements les plus impactants pour les Toulousains concernent l'embellissement des ports historiques de la ville : la Daurade, Viguerie, ainsi que les quais de Tounis, de la chaussée et la Garonnette. Ces projets de valorisation imaginés par l'architecte Joan Busquets seront réalisés entre 2015 et 2018 pour un budget de 15 millions d'euros.

Le premier changement interviendra Quai de Tounis le 18 juillet prochain avec l'ouverture d'un restaurant guinguette doté d'une terrasse flottante de 120 m2 pouvant accueillir jusqu'à 136 couverts. Après un appel d'offres lancé par la Mairie, les gérants de La Compagnie Française, qui exploitent également l'Envol à Montaudran et le Pyrénéen au centre-ville, a été choisie pour gérer ce restaurant. Il sera ouvert jusqu'au 15 septembre de 9h à 21h en semaine (22h le week-end).

quai de tounis

--> Futur Quai de Tounis

Les travaux déjà lancés Port Saint-Pierre se poursuivent par ailleurs pour une livraison l'année prochaine. C'est aussi en 2016 que le port de la Daurade subira un lifting avec un aménagement paysager et la réfection complète des sols.

futur quai de la daurade

--> Plan du futur quai de la Daurade

L'autre changement important est attendu dès 2017 Port Viguerie avec la suppression de l'actuel parking au profit d'un jardin et à terme l'aménagement du parvis (réfection des sols, végétalisation) pour accueillir des événements culturels (théâtre, spectacles de rue...)

"La réflexion est en cours par ailleurs pour la création d'un cheminement piétonnier qui pourrait traverser l'hôtel Dieu et faire le lien avec la prairie des Filtres, mais rien n'est acté, l'hôtel Dieu est une propriété privée", a précisé Annette Laigneau, l'adjointe en charge de l'Urbanisme.

port viguerie

--> Futur port Viguerie

Dans le prolongement de la berge d'Empalot, le quai de la Chaussée sera aussi aménagé en 2018 pour permettre des déplacements doux. Un petit canalet ainsi qu'une rampe de mise à l'eau sont programmés à la Garonnette.

Un parc d'accrobranches au Ramier dès 2016

Le réaménagement de l'île du Ramier est un autre point clé de ce Grand Parc Garonne. "L'objectif, à terme, est bien de relier ces 50 hectares aux quais du centre-ville avec des passerelles piétonnes et de transformer les berges du Ramier", a décrit Henri Bava. Mais le projet étant suspendu au déménagement du Parc des expositions à Beauzelle, les Toulousains devront pour l'heure se contenter de réalisations plus modestes pour un budget de 7 millions d'euros. Dès l'été prochain, un parcours santé d'1,5 km sera créé sur la berge Saint-Michel / Empalot. Au sud, le site des Moulins à Poudre près de la cité Daniel Faucher sera aménagé avec, notamment, l'installation d'un parc d'accrobranches accessible dès 2016.

Sur la pointe nord de l'île, l'ancienne discothèque du Ramier, endommagée par un incendie ne rouvrira pas. En revanche, le club et le restaurant de l'Émulation Nautique seront maintenus et confortés tandis que les bulles abritant les actuels cours de tennis couverts seront relocalisés sur l'îlot de la Banlève, pour retrouver une vue dégagée sur le fleuve à horizon 2018. C'est aussi à cette date que le bas de la digue qui longe l'avenue de Muret sera aménagée en cheminement doux sur un tronçon de 2,5 km.

emulation nautique

 --> Futur secteur de l'Émulation Nautique sur l'ile du Ramier

Un vaste parcours nature à Sesquières dès cet été

Dès cet été, le secteur Ginestous-Sesquières sera aménagé en vaste "parcours-nature" accessible aux piétons et aux cyclistes. Ce sera, avec la guinguette du quai de Tounis, la première réalisation visible du projet. Les aménagements consacrés à la Garonne aval sont dotés d'un budget de 6 millions d'euros. Plusieurs promenades seront possibles, avec une priorité donnée à la mise en valeur du patrimoine.

L'année prochaine, ce sera le tour de la zone très naturelle des quinze sols dans le secteur de Blagnac et Beauzelle d'être aménagée dans le même esprit. "Ce sera sans aucun doute la partie la plus bucolique et champêtre du Grand Parc Garonne", a assuré Bernard Keller, le maire de Blagnac et vice-président de Toulouse Métropole.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :