Aéroport de Toulouse, Emmanuel Macron réagit à la "disparition" de Mike Poon

 |   |  425  mots
Le ministre de l'Economie Manuel Macron a assisté à la clôture du sommet
Le ministre de l'Economie Manuel Macron a assisté à la clôture du sommet (Crédits : Rémi Benoit)
En visite jeudi 2 juillet à Toulouse, le ministre de l'Économie a estimé que la disparition de Mike Poon, actionnaire chinois de l'aéroport de Toulouse, "ne changeait rien". Emmanuel Macron participait au forum économique franco-chinois, en compagnie du Premier ministre chinois Li Keqiang. Le sujet de la privatisation de la société de gestion de Toulouse-Blagnac n'a pas été abordé officiellement pendant le forum. Pourtant, à Toulouse, ce dossier pose question.

Où est Mike Poon ? Le nouvel actionnaire Chinois de l'aéroport de Toulouse a démissionné de l'une de ses sociétés chinoises (la compagnie de leasing aérien Calc) le 17 juin dernier et serait encore à ce jour introuvable. Une "disparition" qui pose question sur le dossier de la "privatisation" d'ATB.

Interrogé à ce sujet ce jeudi 2 juillet par La Tribune-Objectif News, Emmanuel Macron, le ministre de l'Économie (qui a piloté la vente des parts de l'État dans ATB aux Chinois de Casil Europe), a botté en touche :

"Pour moi, la disparition de Mike Poon est un non-événement. Cela ne change rien. Mike Poon est de toute façon un actionnaire minoritaire. Il n'y a pas lieu de créer une polémique."

La semaine dernière, la présidente du Conseil de surveillance de l'aéroport Toulouse-Blagnac Anne-Marie Idrac affirmait également qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter:

"Je ne sais pas où est Mike Poon mais, à vrai dire, cela ne m'importe pas tellement. Il est président de Calc. Calc est un loueur d'avion qui n'a rien à voir avec l'aéroport et avec qui je n'ai pas de relations d'affaires."

Anne-Marie Idrac était également présente à Toulouse ce jeudi pour le sommet franco-chinois.

Pour rappel, Chantal Beer Demander, leader du collectif contre la privatisation estime que "la démission du PDG de ce groupe ne fait que renforcer les doutes sur la probité des intervenants de cette opération". Mediapart est venu le 30 juin conforter les "anti-privatisation" : dans un article intitulé "L'aéroport de Toulouse a été privatisé au profit d'une société-écran", le journaliste Laurent Mauduit affirme que, selon ses informations, le siège social de la société Casil Europe à Paris serait fictif.

Le consortium chinois cité pendant le forum franco-chinois

Officiellement, pas un mot n'a été prononcé sur l'aéroport de Toulouse et la "disparition" de Mike Poon pendant ce sommet franco-chinois. À la tribune, pour leurs allocutions officielles, ni le ministre de l'Économie ni le Premier ministre chinois n'ont évoqué ce dossier.

Manuel Valls, le Premier ministre français a néanmoins cité l'opération comme l'une des réussites de la coopération franco-chinoise :

"Depuis plusieurs années, des partenariats emblématiques ont permis d'accueillir les investisseurs chinois en France, comme l'entrée d'un consortium chinois au capital d'ATB", a-t-il prononcé lors de son discours.

Présent au premier rang, le spécialiste de la Chine et ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a affirmé qu'il ne "connaissait pas le dossier".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :