Élue présidente de la grande région, Carole Delga annonce 800 M€ pour le BTP

Par Marie Corbel  |   |  538  mots
Carole Delga a été élue à la majorité absolue des voix dès le 1er tour (Crédits : Rémi Benoit)
Carole Delga, élue présidente de Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées lors de l’assemblée plénière tenue à Toulouse le 4 janvier, a présenté un certain nombre de mesures qu’elle compte engager dès cette année. Parmi elles, un plan d’urgence de 800 M€ pour soutenir la filière du BTP.

Le troisième tour des élections régionales s'est tenu le 4 janvier, à Toulouse, dans l'enceinte de l'Hôtel de Région. Pour la première fois se sont réunis les 158 conseillers régionaux élus en décembre pour choisir la présidence du nouvel exécutif. Avec 89 voix en sa faveur, la socialiste Carole Delga a recueilli la majorité absolue dès le premier tour.

« L'histoire retiendra que ce 4 janvier 2016 s'est réuni pour la première fois la première assemblée plénière de la nouvelle région Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées », a déclaré Carole Delga lors de sa prise de fonction.

800 M€ pour le BTP

Durant ce premier discours, la nouvelle présidente a annoncé un certain nombre de mesures qui « seront mises en place dès cette année ». Parmi elles figurent l'octroi d'une enveloppe de 800 M€ pour 2016 destinée à financer le plan Marshall dans le secteur des travaux publics et le BTP.

« Cette enveloppe de 800 M€ est destinée à la rénovation des lycées, à l'investissement sur le réseau routier, à la rénovation des voies ferroviaires et à la construction d'établissements culturels », indique l'élue.

Une partie de ces projets sont de la compétence propre de la région, notamment la rénovation des établissements scolaires. Mais « le reste constitue un acte politique », précise Carole Delga. Ce choix politique représente 600 M€ sur les 800 M€ de l'enveloppe, confie-t-elle.

Un 2e plan économique est annoncé pour les prochains mois: le plan littoral 21 (en référence au XXIème siècle). Celui-ci n'est pas encore chiffré à l'exception des investissements pour les ports qui devraient s'élever à 60 M€. Autre annonce : la tenue à l'automne d'une conférence régionale pour l'emploi et la croissance.

« Cette conférence permettra de décider, collectivement et sans tabou, les filières à soutenir, les filières à accompagner, les filières à créer pour garantir le développement de notre région et l'emploi dans les décennies à venir », déclare Carole Delga.

Une autre gouvernance

« La mise en œuvre de nouvelles pratiques de gouvernance » était le leitmotiv de sa campagne électorale. C'est maintenant celui de la présidence régionale. « Je forme le vœu que ces nouvelles pratiques de gouvernance et de proximité permettent de créer ici un nouvel espoir pour la politique, un nouveau rapport avec nos concitoyens », promet-elle.

Premier geste dans ce sens : l'organisation d'une consultation populaire pour désigner le nom de la future région dans les trois prochains mois.

« La loi NOTRe (nouvelle organisation du territoire de la République, NDLR) nous donne jusqu'au 1er juillet pour proposer un nom, qui sera ensuite avalisé par le Conseil d'État. Dans mon esprit, cette consultation doit être à bien des égards fondatrice. Elle doit être inédite, innovante et transparente pour permettre à un maximum de nos concitoyens de choisir le nom de leur région. ».

Dernière initiative présentée le même jour : la création d'une assemblée des territoires destinée à rassembler tous les représentants des Pays ou PETR (Pôle d'équilibre territorial et rural). Un Parlement de la Montagne est également annoncé, « à l'image du Parlement de la mer créé par Christian Bourquin ».