Val d’Orbieu-Uccoar dépasse ses objectifs en Asie

Par Idelette Fritsch  |   |  284  mots
Bertrand Girard, le directeur général du groupe Val d'orbieu-Uccoar (Crédits : ©DR)
Val d’Orbieu-Uccoar enregistre sur les 3 premiers trimestres 2014 une hausse de 25 % de ses volumes en Asie, soit 22 % en valeur. Selon son directeur général Bertrand Girard, les objectifs, de 8 M€ sur cinq ans, ont été dépassés pour atteindre 10 M€ en 2011-2014. Le groupe annonce la création en novembre, d’une nouvelle filiale à Taïwan.

Avec un chiffre d'affaires à l'export multiplié par trois en trois ans (de 30 M€ en 2011, il est passé à 75 M€ en 2013-2014), le groupe (274 M€ de CA) né de la fusion-absorption d'Uccoar en septembre 2012, confirme sa place de n°1 de la filière coopérative vin en France.

Lundi 3 novembre, Val d'Orbieu-Uccoar annonçait de bons résultats en Asie, où 6 millions de bouteilles ont été commercialisées pour une croissance du chiffre d'affaires à 2 chiffres sur les trois derniers trimestres 2014 (+ 25 % en volume et 22% en valeur), grâce notamment à l'implantation de deux nouvelles filiales à Honk-Kong et Shangaï.

Pour Bertrand Girard, ces bons résultats confirment et même dépassent la feuille de route établie :

« Nous annoncions en 2011 un chiffre d'affaires de 8 M€ sur cinq ans en Asie. Les objectifs sont dépassés avec 10 M€ réalisés en trois ans », confie le dirigeant, qui annonce la création d'une nouvelle filiale à Taïwan ces jours-ci.

Cette filiale portera à six le nombre d'établissements que compte le groupe en Asie (pour une quinzaine de collaborateurs), avec de nouveaux déploiements programmés en 2015 dans d'autres pays stratégiques.

« Nous avons voulu quadriller le territoire de manière assez serrée, en proposant un peu partout l'offre de la 1ère winery française que nous sommes », analyse Bertrand Girard. Cette stratégie de maillage de zone, couplée à une bonne maîtrise des styles de vins et des volumes, s'est accompagnée d'un remaniement intégral de la gamme des vins, « en packaging, en styles de vins pour cibler des profils consommateurs bien identifiés », conclut Bertrand Girard qui veut maintenant intensifier ce développement à l'international « via du développement commercial de filial et de nouvelles acquisitions »