Diversification agricole : La grenade a le vent en poupe

 |   |  552  mots
(Crédits : DR)
Boostée par une demande sociétale très soutenue, une filière de production de grenades est en train d’émerger sur l’ex-Languedoc-Roussillon. Facile à cultiver, ce fruit recherché pour ses propriétés anti-oxydantes, semble promis à un bel avenir.

La grenade est une production d'avenir dans l'ex-Languedoc-Roussillon. Pierre Colin, président de la Fédération régionale des producteurs de grenade (FRPG) en est persuadé.

« Il y a une très forte demande sociétale pour le jus de grenade, un fruit dont les propriétés anti-oxydantes son très recherchées, affirme-t-il. Il s'en produit en Turquie et en Espagne mais la grenade de France est très demandée. Nous n'arrivons pas à fournir. »

Arbre méditerranéen, le grenadier s'acclimate bien en Languedoc-Roussillon. On le trouve d'ailleurs isolément dans de nombreux jardins ou exploitations agricoles. Mais depuis quatre à cinq ans, sa culture gagne du terrain, ce qui a conduit en 2014 à la création de la FRPG, structure qui vise à accompagner les producteurs dans leurs projets de création de vergers.

À ce jour, la FRPG compte une cinquantaine d'adhérents, pour une surface de 120 à 130 ha de grenadiers.

« C'est une culture qui s'intègre bien dans une exploitation viticole et oléicole. Les grenades se ramassent après les vendanges et avant la récolte des olives, assure Pierre Colin, lui-même viticulteur en AOC Picpoul de Pinet. C'est une diversification intéressante, qui assure un...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :