Prévention du suicide chez les agriculteurs : les pistes du sénateur héraultais Henri Cabanel

 |  | 1049 mots
Lecture 5 min.
Henri Cabanel, sénateur de l'Hérault, a pris le sujet de la prévention des suicides chez les agriculteurs à bras le corps.
Henri Cabanel, sénateur de l'Hérault, a pris le sujet de la prévention des suicides chez les agriculteurs à bras le corps. (Crédits : Sénat/Pôle Image)
Le sujet du suicide des agriculteurs a fait l'objet d'un premier débat parlementaire fin 2019 au Sénat, dans le cadre de la proposition de loi du sénateur héraultais Henri Cabanel dédiée à la prévention de ce fléau. Aujourd'hui, l’élu héraultais, convaincu que l’État doit développer une réelle politique publique en la matière, copilote un groupe de travail sur le sujet afin de mieux prévenir ces drames. Entretien avec le sénateur, qui a lancé un appel à témoignages.

La Tribune - Quels sont les chiffres connus sur le suicide des agriculteurs en France ?

Henri Cabanel - Ce sera l'objet de notre travail car chacun donne les siens et il faut mettre de la clarté. Les plus récents connus par Santé Publique France sont ceux de 2015, ce qui est inconcevable... Selon la MSA (Mutualité Sociale Agricole, NDLR), il y en aurait 604 par an. Mais on demande des efforts sur la clarification, notamment parce que les agriculteurs qui mettent fin à leurs jours en dehors de l'exploitation agricole ne sont pas comptabilisés.

Pourquoi ce choix de travailler sur cette douloureuse question ?

Tout le monde partage le sentiment que les agriculteurs vont mal, et étant moi-même viticulteur dans l'Hérault, je ne voyais pas comment mettre la main devant les yeux et fermer les oreilles ! Mon groupe (RDSE, ndlr) a bien voulu l'inscrire dans le débat parlementaire alors que c'était un sujet tabou... Le député Olivier Damaisin (LREM, Lot-et-Garonne, NDLR) a remis un rapport sur ce sujet en décembre, mais nous avons demandé au ministère d'attendre la fin de nos travaux. Nous entamons la dernière phase : après avoir fait le tour des institutions, ministères et syndicats, nous allons dans le dur...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :