Philippe Saurel : "La Métropole doit être productive, éco-responsable, solidaire et connectée"

 |   |  949  mots
(Crédits : Cécile Chaigneau)
Le président de la Métropole de Montpellier a invité les chefs d’entreprises de son territoire pour un point d’étape, le 7 décembre 2018. Il a dressé le bilan de l’action économique de la collectivité et dessiné les axes futurs d’amélioration.

Le 7 décembre, Philippe Saurel, maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole organisait un rendez-vous avec les chefs d'entreprises de son territoire pour présenter un bilan et les perspectives de son action sur le volet économique.

L'occasion pour l'élu de rappeler ses ambitions pour la métropole : « Aujourd'hui, il faut asseoir la Métropole autour de la table des Métropoles mondiales. Même si elle est de petite taille, elle en a les capacités ! Ceux qui font l'économie mondiale, ce sont les Villes et les Métropoles, où vivent 70 % de la population mondiale, qui concentrent la création d'emplois, la connaissance, l'émotion culturelle et la puissance économique. La nouvelle économie, c'est le dialogue des villes. Cette nouvelle économie devient l'apanage des entreprises sur les territoires... Aujourd'hui, il faut équiper la métropole pour qu'elle puisse avoir un dialogue international solide. Il faut donc lui donner quatre qualités : productive, éco-responsable, solidaire et connectée. »

Et de rappeler les grandes orientations et les filières choisies par la collectivité en matière de soutien au développement économique.

« Pour installer des entreprises avec des emplois durables, il faut se diriger vers l'industrie du XXIe siècle, et les industries culturelles et créatives (qui seront implantée sur le site de l'ex-EAI, ndlr) en illustrent le commencement, souligne-t-il. Nous avons capté un certain nombre de domaines : la French Tech et le numérique, initialement capté par l'équipe de Jean-Pierre Moure (ancien président d'agglomération, ndlr). Puis la santé avec le programme Montpellier Capital Santé, Montpellier Métropole Solaire, le tourisme, le commerce et l'artisanat. En trois ans, nous avons fait figurer Montpellier sur la carte des Métropoles qui comptent en Europe ! »

Le numérique en tête

L'élu se félicite des résultats obtenus, comme un chômage qui recule depuis 2014 (passé de 13,5 % au 2nd trimestre 2014 à 11,8 % au 2nd trimestre 2018 sur la zone d'emploi de Montpellier*), « même si ce n'est pas suffisant, au vu du taux d'évolution démographique, c'est déjà bien », commente Philippe Saurel, qui affirme que « Montpellier est la Métropole qui crée le plus d'emplois en Occitanie ».

C'est sur l'innovation et le label French Tech que l'élu est le plus disserte. Il répète les chiffres avec délectation : 42 labellisations Pass French Tech, plus de 350 M€ de fonds levés depuis 2014 par les start-ups montpelliéraines, le BIC 2e incubateur mondial (« bientôt trop petit, donc nous réfléchissons à une 2e implantation »), une Halle French Tech de 20 M€ et 8 000 m2 dont la 1e pierre sera posée dans le courant du 1e semestre 2019 dans le quartier Cambacérès, un schéma d'aménagement numérique, etc.

Une liste pour mémoire, qui n'est évidemment pas désintéressée : après quatre ans de labellisation French Tech, Montpellier défend sa candidature au 3e label qui distinguera 10 à 12 Capitales French Tech (dont le périmètre excèdera les limites administratives des Métropoles), contre 13 Métropoles French Tech existantes à ce jour... Les dossiers de candidature doivent être déposés et défendus par une association d'entrepreneurs, qui reste donc à créer à Montpellier où c'est la collectivité qui portait jusqu'à présent la labellisation.

« Maintenant, il faut restituer la French Tech aux entrepreneurs, déclare Philippe Saurel. On restitue l'outil à ceux qui le font vivre, ce n'est que juste application de la nouvelle économie. Mais nous poursuivrons notre aide. »

Des parcs d'activité et des transports

L'élu ajoute qu'en 2019, le BIC mettra en place des programmes d'accélération commerciale, de coaching à la levée de fonds, et lancera un incubateur énergie avec EDF. Un projet toutefois encore flou...

Autre ambition du président de Métropole : libérer du foncier pour créer des parcs d'activité, dont le nombre est jugé insuffisant sur le territoire, et pour lequel il évoque des discussions en cours avec les agglomérations voisines de Sète, Lunel et du Pic-Saint-Loup. « Mais c'est compliqué, avec les élections qui arrivent... », note-t-il.

L'élu pointe aussi l'importance des moyens de transport, parmi lesquels les contournements Est et Ouest de ville, la LGV Montpellier-Perpignan « pour que la nouvelle gare ne devienne pas un cul de sac et que ça n'handicape pas le négoce avec l'Europe du sud », et le futur plan de déplacement doux élaboré avec les 31 communes « car les entreprise aujourd'hui s'orientent vers un engagement sur le plan sociétal et environnemental et nous devons accompagner cette mutation ».

Ambition écologique

Enfin, l'élu dit vouloir développer l'approche écologique, notamment en inscrivant systématiquement l'installation de panneaux photovoltaïques en toitures dans les réflexions menées par la Métropole, ou en accélérant sur la création de nouvelles pistes cyclables.

Une ambition verte reprise de volée par l'un des chefs d'entreprises présents dans la salle et venu exprimer sa colère. Benjamin Clouet est le gérant d'Ecosec, une entreprise montpelliéraine (10 salariés) qui conçoit, installe et vend des solutions écologiques de recyclage de déchets et d'effluents, tels que des toilettes sèches publiques, un réseau intelligent de composteurs, ou des urinoirs amovibles.

« Il y a quatre ans, vous avez promis d'installer 20 toilettes sèches, idem sur nos composteurs connectés, et aujourd'hui, nous n'avons rien sur Montpellier alors que nous sommes dans plein d'endroits ailleurs, lance-t-il. Votre bilan écologique, c'est zéro, vous misez tout sur les high tech et la "start-up nation" ! Quant à la mobilité, c'est au bout de quatre ans de mandat que vous vous rendez compte qu'il faut des pistes cyclables ! »

* Source : INSEE.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2018 à 9:54 :
Bla, bla, bla. Plus c'est différent et plus c'est pareil. Les Français en ont assez des ces leugorrhées verbales qui ne servent à rien si ce n'est à justifier des impôts toujours plus lourds. Les Métropoles sont inutiles. Elles multiplient les effectifs et les notables. J'aurais aimé que Monsieur Saurel nous entretienne du taux de chômage et du niveau du pouvoitr d'achat sur sa Commune. Ce n'est pas vraiment brillant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :