Guerre en Ukraine : la Safer Occitanie veut mobiliser les terres en friches pour la culture des céréales

Pour atténuer l'impact de la guerre en Ukraine sur les approvisionnements en céréales, la Safer Occitanie veut faciliter la mise en culture des terres en friches de la Région. L'institution prévoit d'étendre son dispositif de mise à disposition de terres agricoles en friches et espère mobiliser rapidement 5 000 hectares.

3 mn

Il existe environ 100 000 hectares de friches en Occitanie comme ici dans l'Aude
Il existe environ 100 000 hectares de friches en Occitanie comme ici dans l'Aude (Crédits : Yann Kerveno)

Pour atténuer l'impact de la guerre en Ukraine sur les approvisionnements mondiaux de céréales, la Safer Occitanie propose de mobiliser une partie des 100 000 hectares de friches agricoles de la Région. Un développement rapide des cultures de céréales qui serait indispensable d'après le directeur de la Safer Occitanie, Frédéric André.

« Cette guerre nous plonge dans une situation complètement nouvelle parce que cette région représente 30% du blé mondial et 80% des tourteaux de tournesols que nous utilisons dans l'alimentation animale. À court terme, cela va avoir une incidence très forte pour les éleveurs qui ne sont pas autosuffisants pour nourrir leurs animaux. Et sur le long terme, il peut y avoir une dégradation de la situation alimentaire dans le monde, en particulier dans les pays du Maghreb. Si le Maroc annonce six mois de stock, c'est bien plus tendu en Égypte avec une quinzaine de jours seulement. À l'heure où l'Europe accueille 5 millions de réfugiés Ukrainiens nous ne pouvons pas vraiment nous permettre que des émeutes de la faim explosent de l'autre côté de la Méditerranée. Mais il en va aussi de notre propre sécurité alimentaire. »

Étendre la convention de mise à disposition

Pour développer les surfaces mises en culture, la Safer Occitanie a donc décidé de mettre en place une convention de mise à disposition « Ukraine », spécialement dédiée au contexte actuel.

« La convention de mise à disposition est un dispositif plus souple que le fermage qui est très protecteur pour celui qui exploite des terres qui ne sont pas à lui, explique Frédéric André. Dans le cas de la convention de mise à disposition, c'est un bail d'un an renouvelable jusqu'à 12 ans. C'est un outil que nous utilisons déjà, 43 000 hectares de terres agricoles sont sous ce régime en Occitanie. »

Des aides à la remise en état jusqu'à 100 euros/ha

La Safer est donc à la recherche de parcelles non cultivées qui pourraient être mises
rapidement en culture pour pallier aux éventuels déficits. Pour amorcer le mouvement, l'organisation finance les travaux de remise en état des terres non cultivées jusqu'à concurrence de 100 euros par hectare.

« Ces terres sont souvent colonisées par des arbustes ou des végétaux indésirables et nécessitent des remises en état, précise encore Frédéric André. »

Elle propose également aux collectivités, détentrices de réserves foncières,
(la Safer a également pris contact avec l'Établissement public foncier d'Occitanie,ndlr), d'exonérer les agriculteurs de loyers pendant deux ans, le temps que les parcelles parviennent à leur plein potentiel de rendement. Cerise solidaire sur le gâteau, l'institution reversera les frais de gestion qu'elle percevra dans ce cadre à une association d'aide aux Ukrainiens.

Un objectif à 5 000 ha

Pour repérer les terres éventuellement disponibles, la Safer s'appuie sur son outil
VigieFriche et sur les donnés de la télédétection satellite de façon à pouvoir ensuite, avec le cadastre, identifier les propriétaires et les contacter, même s'il est plus difficile de toucher les propriétaires privés.

« Mais cela se révèle parfois payant comme avec un propriétaire du Gard récemment, il dispose d'une quinzaine d'hectares non utilisés et a été séduit par notre proposition » continue Frédéric André.

Sur le nombre d'hectares qui pourraient être remis en culture rapidement, le direcrteur affirme que c'est un chiffre difficile à évaluer mais avance un objectif de 5 000 hectares.

« Ce serait extraordinaire d'y parvenir. Mais l'urgence pour le moment est de trouver de terres pour semer du tournesol. »

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.