Eolien offshore : Quadran fera appel à Enerfip pour financer EolMed

 |   |  771  mots
(Crédits : Quadran - Ideol)
Le 28 juin, l’entreprise biterroise Quadran, spécialisée dans la production d’énergies renouvelables, annonce qu’elle sollicitera la plate-forme montpelliéraine de financement participatif Enerfip pour financer une partie de son projet de ferme-pilote éolienne offshore.

Les noms des lauréats de l'appel à manifestation d'intérêt pour des projets pilotes de parcs éoliens flottants au large des côtes françaises n'ont pas encore été révélés par le gouvernement. Mais l'un des lauréats potentiels, l'entreprise biterroise Quadran, spécialisée dans la production d'énergies renouvelables (solaire, éolien, hydroélectricité, biomasse, biogaz), fonde de bons espoirs d'être retenus sur au moins un des deux projets pour lesquels elle a candidaté.

Ses représentants annoncent que si Quadran est retenu, une partie du financement de ces projets, baptisés EolMed, se fera par la voie du financement participatif sur la plate-forme montpelliéraine Enerfip, dédiée aux énergies vertes. Celle-ci ouvrait un espace information, le 28 juin, destiné à renseigner d'éventuels futurs investisseurs et à constituer une communauté soutenant le projet.

Une réponse en juillet ?

Huit consortiums (parmi lesquels des poids lourds emmenés par EDF-Energies Nouvelles ou Engie) se sont portés candidats à la suite de l'appel à projets lancé en août 2015 par l'Ademe pour la construction de fermes pilotes d'éoliennes flottantes, doté de 150 M€. Trois zones ont été identifiées, en Méditerranée (Fos, Gruissan et Leucate) et en Atlantique (île de Groix).

Quadran a candidaté sur deux projets dans l'Aude, à 18 km des côtes environ, l'un au large de Gruissan (deux candidats), l'autre de Leucate (trois candidats).

« Nous avons rendu notre dossier le 4 avril 2016 comme prévu, mais tous les dossiers n'ont pas été rendus à temps et le gouvernement a accordé un délai supplémentaire de quatre mois, fait observer Jérôme Billerey, le directeur général de Quadran. Mais Ségolène Royal (ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, NDLR) a dit qu'elle voulait aller vite, car d'autres pays que la France sont déjà bien avancés sur ce sujet, l'objectif étant de faire émerger une filière française. L'éolien flottant donne la possibilité d'exploiter l'éolien massivement et ouvre un champ extraordinaire avec des potentiels gigantesques ! Nous espérons qu'elle annoncera une première vague de lauréats en juillet, pour un objectif de mise à l'eau des projets pilotes fin 2020. »

Deux technologies de flotteur

En octobre 2015, Quadran avait inauguré sa nouvelle agence basée à Port-la-Nouvelle (11) et dédiée au développement du projet EolMed.

« Notre projet industriel s'appuie sur l'extension portuaire de Port-la-Nouvelle, rappelle Olivier Guiraud, responsable projet EolMed chez Quadran. Nous avons travaillé sur EolMed avec des entreprises régionales : BRL, Creocean, Biotope, SM Solutions Marines, Marepolis, 3SLR, KFH. »

Pour le projet de Gruissan, Quadran est associée avec Idéol et Bouygues TP pour la construction et l'installation du flotteur « Damping pool » semi-submersible en béton (piscine intérieure atténuant les mouvements induits par la houle), et avec Senvion pour les quatre éoliennes. Le projet de Leucate, quant à lui, utilisera la technologie du flotteur immergé en acier, développé avec SBM Offshore et l'IFP (Institut français du pétrole). Les quatre éoliennes seront également fournies par Senvion.

« En termes de création d'emplois, un projet de quatre éoliennes représente 350 ETP auxquels il faut ajouter une cinquantaine pour maintenance et exploitation à Port-la-Nouvelle », rappelle Olivier Guiraud.

Crowdfunding sans promesse de Gascons

Chacun des deux projets représente un investissement de 215 M€.

« Nous visons 25 % d'aides de l'État, dont 2/3 en avances remboursables et 1/3 de subventions, 25 %  de fonds propres et 50 % auprès de banques et de fonds », précise-t-on chez Quadran.

Les fonds propres proviendraient à 51 % de Quadran, à 30 % des institutionnels, à 9 % des collectivités et à 1 % du crowdfunding.

« L'objectif est de faire prendre le moins de risques possible aux investisseurs, déclare Julien Hostache, directeur général d'Enerfip (3 à 5 M€ de collecte attendus en 2016). Durant la phase amont, nous avons obtenu la garantie de Quadran de rembourser les obligataires si le projet n'aboutissait pas. Sur la phase d'exploitation, où les risques sont plus limités, nous visons de meilleurs taux de sortie, 5 à 8 % au moins. Mais nous préfèrons ne pas faire de promesse de gascons ! »

Le Crédit Agricole Languedoc, qui a créé en 2010 un pôle Énergies nouvelles, soutiendra également EolMed. Ce pôle a déjà financé 180 centrales de production ENR pour une puissance installée de 414 MW, soit une production annuelle de 722 Gwh.

Quadran, qui compte 15 agences dans le monde, emploie 217 personnes (dont 85 à Villeneuve-les-Béziers et une vingtaine à Toulouse). Son chiffre d'affaires 2015 était de 90 M€ et pourrait monter à 100 M€ en 2016.

La puissance installée fin 2016 sera de 420 MW, et l'entreprise vise les 1 000 MW à horizon 2020 (dont 150 à 200 MW en région Occitanie), soit l'équivalent de la consommation de 1,5 millions de personnes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :