MBS : former des leaders de la transition économique responsable

 |   |  771  mots
André Deljarry et Bruno Ducasse, respectivement président et DG de MBS.
André Deljarry et Bruno Ducasse, respectivement président et DG de MBS. (Crédits : MBS)
Alliant exigence académique et empreinte RSE, Montpellier Business School (MBS), tout juste auréolée de la triple couronne, poursuit sa stratégie atypique et entend faire de son futur campus le marqueur fort du territoire. Explications avec André Deljarry, président de MBS et de la CCI Hérault, et Bruno Ducasse, directeur général de MBS.

Changement de gouvernance avec élection d'un nouveau président, nomination du nouveau directeur général : l'année 2019 est celle des changements organisationnels pour MBS...

André Deljarry : « Elu à l'unanimité, j'ai tenu à prendre la présidence de MBS car je suis un fervent défenseur de cette école qui a 120 ans et pour laquelle j'ai un vaste projet de territoire. Il était donc important de prendre les rênes pour faire avancer concrètement ce projet. L'ancien DG faisant valoir son droit à la retraite, j'ai cherché une personne capable de mener au plus haut niveau la politique stratégique de MBS. Les équipes sont aujourd'hui constituées. Dès la fin de l'année, nous serons en position d'affronter les défis de demain. »

Bruno Ducasse : « En tant que directeur financier puis directeur général de la CCI Hérault, mais aussi comme diplômé 1993 de MBS, j'ai suivi de près la gestion, le fonctionnement, les réunions de la gouvernance de l'école et j'ai piloté son autonomisation sous forme d'association fin 2012. Depuis mon arrivée en mai dernier, je me suis attaché à ajuster l'organisation qui sera finalisée avant la fin de l'année ainsi qu'à établir, avec le comité exécutif et les collaborateurs, un nouveau plan stratégique qui sera dévoilé début 2020. »

Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

AD : « Depuis 20 ans, MBS a fait le pari de la diversité et de l'ouverture sociale. Un pari gagné, avec 29 % d'étudiants issus de CSP modestes, contre 12 % en moyenne dans les autres écoles de management. Nous allons continuer à promouvoir ces valeurs fortes en déployant toutes les dimensions de la RSE, notamment le développement durable. Notre stratégie est clairement de capitaliser sur ce qui fait à la fois la force de MBS et celle de l'Université de Montpellier, reconnue pour la seconde année consécutive première au monde en écologie. MBS porte au cœur même de sa mission la volonté d'avoir un impact positif sur le monde et veut s'attacher à former des leaders de la transition économique responsable. »

BD : « L'enseignement et la sensibilisation aux enjeux environnementaux et sociétaux sont absolument capitaux et l'ambition de MBS est de les déployer auprès de tous les talents afin d'œuvrer activement, à travers ses étudiants, diplômés et partenaires, à une économie et une société plus responsable et durable. »

Que représente pour MBS l'accréditation Equis (European Quality Improvment System) obtenue en octobre dernier ?

AD : « C'est une vraie reconnaissance. Déjà accréditée par AACSB et AMBA, MBS rejoint désormais le cercle des 1 % de business schools mondiales « triple-couronnées ». MBS devient ainsi la 14e école de management française post classe préparatoire et la 91e sur 14 000 business schools dans le monde. Cette visibilité internationale va favoriser les partenariats académiques avec des universités prestigieuses. »

BD : « Nous avons également obtenu, en août dernier, le visa du diplôme de Bachelor par l'Etat, qui assure aux étudiants de pouvoir poursuivre en Master à l'université et garantit l'accès aux bourses et hébergements du Crous pour les étudiants éligibles. »

Quel est l'impact économique de MBS ?

BD : « Il est évalué à 258 M€ pour l'Occitanie. MBS, qui dispense une palette de formations pour les cadres expérimentés, continue de développer ses liens avec les d'entreprises du territoire et joue un rôle d'acteur et de pivot au sein des différents réseaux économiques (French Tech, Digital 113, Réseau Entreprendre, MEDEF, CPME...). Mais nous voulons aller plus loin et souhaitons être, plus que jamais, un acteur de ce territoire. »

Où en est le projet du futur campus prévu dans le nouveau quartier Cambacérès ?

AD : « Situé à proximité de la gare TGV et de l'A9 sur un pôle d'activité qui comptera une école du numérique et la Halle French Tech, le campus devrait voir le jour à l'horizon 2023. Exemplaire au niveau écologique, il accueillera 5 000 étudiants dont 30 % venus de l'étranger. C'est un projet très ambitieux dont le coût s'élève à 92 M€ (60 M€ pour MBS, 22 M€ pour le CFA Sud Formation, 10 M€ pour la CCI Hérault et l'antenne montpelliéraine de la CCI régionale). La Région Occitanie aide MBS à hauteur de 30 M€ et nous venons de lancer la vente de notre site actuel dans le quartier d'Alco. Avec les projets de logements étudiants, ce dossier devrait générer au total près de 300 M€ de travaux sur Montpellier Métropole. Ce campus est une opportunité unique de nous inscrire dans le monde de demain et d'être un marqueur fort du territoire. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :