AG2R la Mondiale accompagne Créalia

 |   |  232  mots
Hélène Giral (Conseil régional), Stéphane Marcel (Créalia) et Bruno Le Roux (AG2R La Mondiale)
Hélène Giral (Conseil régional), Stéphane Marcel (Créalia) et Bruno Le Roux (AG2R La Mondiale) (Crédits : Région Languedoc-Roussillon)
Avec une participation de 50 000 €, AG2R – La Mondiale devient partenaire du fonds d'amorçage régional Créalia : une nouvelle association entre les fonds publics et les fonds privés, pour le financement des entreprises innovantes de la région.

Le partenariat est tout beau, tout chaud, tout neuf et vaut 50 000 €. C'est en tout cas le montant du chèque remis le 28 octobre 2014 par la direction régionale de la mutuelle AG2R - La Mondiale, au fonds d'amorçage Créalia, qui accompagne le développement d'entreprises innovantes et régionales.

« Nous avons trouvé dans l'action de Créalia un ensemble de valeur dans lesquelles nous nous retrouvons : 25 % des dossiers aidés par Créalia sont issus de population dite fragile et en retour à l'emploi, ce qui correspond aux directives des fédérations Arrco et Agirc, indique Stéphane Le Roux, directeur général du Groupe AG2R La Mondiale. De plus, le prêt d'honneur garantit une responsabilisation des chefs d'entreprises et de leur action. »

Côté Créalia, on se félicite de l'entrée de ce nouveau partenaire dont l'apport financier est toujours favorable à un puissant effet de levier.

« 1€ de fonds privés souscrit permet de dégager 4€ de fonds publics, soit 5 € pour le porteur de projet, et ces 5 € permettent de libérer de l'aide  à l'innovation et du financement bancaire, soit au total, entre 10 et 15 € pour le porteur de projet », indiquent les services de Créalia.

 Soit avec les 50 000 € d'AG2R - La Mondiale, près de 750 000€ : « Presque la totalité du montant du concours Coup de Pousse de la Région », sourit Stéphane Le Roux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :