La Métropole de Montpellier installe 66 bornes électriques

 |   |  386  mots
66 bornes seront installées d'ici juin 2018
66 bornes seront installées d'ici juin 2018 (Crédits : M3M)
Philippe Saurel, président de Montpellier Méditerranée Métropole, a annoncé, le 3 janvier, le déploiement de 66 bornes de recharge pour véhicules électriques et hybrides d'ici le mois de juin. L'opération, qui couvre 20 des 31 communes du territoire métropolitain, nécessite 800 000 € d'investissement.

Montpellier Méditerranée Métropole (M3M) annonce qu'elle va financer l'installation de 66 bornes de recharge (disposant de 128 points de recharge au total) pour véhicules électriques et hybrides entre janvier et juin 2018, sur 20 des 31 communes de son territoire. Les machines sont de trois types : recharge rapide en 30 mn (deux bornes), recharge en deux ou trois heures (50 bornes) et recharge en huit heures (14 bornes).

Implantations stratégiques

Certaines de ces bornes seront installées en zone mitoyenne, entre deux communes. De même, les lieux de fort passage seront privilégiés : abords de l'Hôtel de Ville de Montpellier, pôles d'échange multimodaux (Saint-Roch, Baillargues, Villeneuve-lès-Maguelone, nouvelle gare TGV), zones d'activités, parkings tramway et relais.

Cliquez sur l'icône ci-dessous pour accéder à la carte détaillée des implantations.

1a34e5b0f4855c43b6c8916f0153bc93.png

"Depuis 2014, nous travaillons sur le sujet de la transition écologique, souligne Philippe Saurel, président de M3M et maire de Montpellier. Après l'acquisition de 136 bus GNV (gaz naturel pour véhicules, NDLR), nous déployons ce réseau de bornes, alimentées à 100 % en énergies renouvelables, ce qui permettra de réduire de 80 % les émissions de gaz à effet de serre, et de 66 % celles des particules."

Un effet accélérateur ?

L'opération nécessite un investissement global de 800 000 €. Après la sélection du dossier de M3M par l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) dans le cadre d'un appel à manifestations d'intérêt sur le sujet, une partie de cette enveloppe sera co-financée par l'État à hauteur de 321 000 €.

"Il y a deux freins, à ce jour, à la diffusion des véhicules électriques : l'autonomie - bien que, à 200 km, elle ait doublé en deux ans -, et l'accès facile à ces bornes, souligne Frédéric Guillot, directeur régional délégué de l'Ademe Occitanie. Ce déploiement est un signal fort adressé aux possesseurs de ces véhicules, présents ou futurs."

À cette nuance près : comme le rappelle Frédéric Guillot, les véhicules électriques représentent seulement, à ce jour, 1 % du parc national. À l'échelle de M3M, l'effort de conversion de la flotte porte, en plus des 136 bus GNV, sur l'achat de véhicules de fonction électriques, par le biais de Hérault Énergie, et de cinq bennes à ordures GNV.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2018 à 17:24 :
il semble raisonnable que sur les grands axes arrivant à Montpellier des bornes à charges rapides... soient plus à envisager, avec zones repos dégustation afin d'éviter que les futurs VE de passage... n'entre en ville ou en périphérie, en risquant d'y accroître les embouteillages.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :