La Nouvelle gare Saint-Roch inaugurée à Montpellier

 |   |  554  mots
De gauche à droite : André Vezinhet, président du conseil général de l'Hérault, le président de Région Damien Alary, le maire de Montpellier Philippe Saurel et le préfet de Région Pierre de Bousquet
De gauche à droite : André Vezinhet, président du conseil général de l'Hérault, le président de Région Damien Alary, le maire de Montpellier Philippe Saurel et le préfet de Région Pierre de Bousquet (Crédits : Édouard Hannoteaux)
Inaugurée mardi 2 décembre après trois ans de travaux en présence du maire de Montpellier Philippe Saurel, du président de Région Damien Alary, du préfet de Région Pierre de Bousquet et des différents partenaires financiers (SNCF, RFF, État, département de l'Hérault), la nouvelle Gare Saint-Roch à Montpellier met l’intermodalité sur les rails.

Elle a coûté 57,2 M € et est deux fois plus grande que la précédente. La nouvelle gare Montpellier Saint-Roch, inaugurée mardi 2 décembre en présence des édiles locaux, va impulser une nouvelle dynamique à la future métropole régionale, venant appuyer le développement des transports ferroviaires, en forte croissance.

 « Une gare, ça s'inaugure chaque siècle », soulignait Philippe Saurel en ce jour historique, qui rassemblait les différents financeurs (la Région et la SNCF à hauteur de 17 M € chacun avec l'aide de l'État, de Réseaux Ferrés de France, de l'Agglomération, de la ville de Montpellier et du département de l'Hérault) autour d'un projet qualifié de « structurant pour le développement du territoire », selon les termes du président de Région Damien Alary. « Ferro conjugit, le fer rassemble », concluait le maire de Montpellier, saluant l'exemplarité de travaux conduits dans les temps - sans interruption du trafic - et dans le respect du budget initial.

« La gare de Montpellier Saint-Roch a désormais rattrapé son retard sur la ville et même pris un peu d'avance sur le quartier ZAC Nouveau Saint-Roch (à dominante d'habitats collectifs, avec 1500 logements, NDLR) », précisait Pratrick Ropert, directeur de SNCF Gares et connexions.

Un hub de transports

En mettant en connexion tous les modes de transport, le nouveau pôle d'échange multimodal Montpellier Saint-Roch se présente comme un hub de transports desservi par les quatre lignes de tramway de Montpellier et 6 lignes de bus dont 4 terminus gérés par la TAM.

Au cœur du dispositif, la « nef », une salle des pas perdus longue de 200 mètres éclairée d'un dôme de verre imaginé par l'architecte Jean-Marie Duthilleul et conçue « dans le sens de la largeur et de la longueur pour venir comme un pont couvrir les voies ». Au-dessous, six voies de circulation assurant la desserte des trains régionaux, TGV, Corail intercités, etc., dotées d'une accessibilité renforcée depuis la ville (5 accès) avec des infrastructures adaptées aux personnalités à mobilité réduite. Au-dessus, 6,7 millions de voyageurs (chiffres 2009) annuels, qui transitent depuis la mise en service, le 17 octobre dernier. Ils devraient franchir la barre des 8,5 millions de voyageurs en 2020.

Nouvelle gare Montpellier Saint-Roch

Venant élargir la perspective de cette gare, les partenaires ont énuméré les grands projets d'aménagements territoriaux en cours, qui à plus ou moins long terme, donneront à Montpellier Saint-Roch sa puissance de feu finale :

  • Déjà sur les rails, le pôle d'échanges multimodal de Baillargues (PEM) qui offre depuis décembre 2013 quarante arrêts par jour entre Nîmes et Montpellier, pour une fréquentation en hausse de 700% depuis la mise en service.
  • À courte échéance, le lancement sur toute la région, le 5 janvier 2015, du Train à 1 € avec une cadence programmée de trois TER/h/sens.
  • Et en 2017, l'ouverture de la nouvelle gare Montpellier Sud de France à Odysseum, réalisée dans le cadre du contournement Nîmes et Montpellier (CNM), livrable lui aussi fin 2017. Elle accueillera alors 20% des trains régionaux et des TGV (contre 80% pour Saint-Roch), et « facilitera le transit des trains de fret, renforçant ainsi la fluidité des modes de transport à Montpellier Saint-Roch », se félicitait le préfet de Région Pierre de Bousquet.

Environ 20 000 voyageurs devraient à terme transiter par les deux gares.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :