"Il se vend dans le monde 61 bouteilles de vins du Languedoc-Roussillon par seconde"

 |   |  519  mots
Le prochain Vinisud aura lieu les 15, 16 et 17 février 2016
Le prochain Vinisud aura lieu les 15, 16 et 17 février 2016
Alors que la viticulture régionale enregistre des records à l'export (+ 270 M€ en deux ans), le salon Vinisud de Montpellier annonce sa décision d'annualiser dès 2017 ses éditions, pour rester compétitif face à Prowein à Düsseldorf (Allemagne), 1er salon des vins et spiritueux en Europe. Entretien avec le directeur, Fabrice Rieu.

Pourquoi décider d'annualiser ce salon, qui depuis sa création en 1994, jouait l'alternance avec le salon Vinexpo à Bordeaux ?

Fabrice Rieu : Depuis sa création, Vinisud n'a jamais été en régression, cependant on observe sur les trois dernières éditions une progression du visitorat de plus en plus mesurée, qui s'explique par la montée en puissance de salons internationaux en tête desquels le Prowein à Dusseldorf (hausse de fréquentation de 7 % en 2015, avec 52 000 visiteurs, NDLR), qui a lieu tous les ans. Les marchés fluctuant tellement vite, la décision d'annualiser Vinisud s'imposait pour rester compétitif, notamment face aux acheteurs qu'un salon bisannuel ne sécurise pas assez : ils ont besoin d'acheter du vin tout les ans. L'effet millésime, très important, peut être un élément perturbateur quand on passe ses commandes sur deux ans. Il y aura donc un Vinisud chaque année dès 2017.

En 2016, Vinisud s'ouvre à d'autres régions viticoles, avec deux invités : Bordeaux et la Californie. Pourquoi ?

Nous allons bien sûr garder notre identité méditerranéenne, avec 90 % de producteurs issus de la Méditerranée présents sur ce salon (1 650 exposants par édition). Mais dans un contexte d'internationalisation de nos marchés, l'ouverture du salon à d'autres régions viticoles va nous permettre d'avoir une résonance sur des pays qui ne connaissent que Bordeaux, notamment l'Asie. L'idée est de faire connaître la Méditerranée en se servant de ceux qui connaissent une notoriété (Bordeaux) ou une forte progression (La Californie), les États-Unis étant depuis deux ans le 1er pays consommateur de vins devant la France.

Vous vous désolidarisez de Vinexpo Bordeaux, et pour votre 1er salon en solo, vous invitez Bordeaux... Ce n'est pas mal perçu ?

Ils ne sont pas particulièrement contents de ce choix, mais ils l'acceptent, les chiffres de progression des vins du Languedoc-Roussillon étant exponentiels : ils représentent 2,2 Mds € de chiffres d'affaires en 2013-2014 pour les vins AOP et IGP, soit 15 % de plus en deux ans (+ 270 M€). Tous les indicateurs sont au vert pour la filière, qui est le 1er secteur d'activité économique de la région et le 1er secteur d'exportation de l'économie (813 M€ à l'export en 2014). Il se vend en France et dans le monde 61 bouteilles de vin du Languedoc-Roussillon par seconde. Quand on a la gagne, il ne faut pas la lâcher !

Comment allez-vous insérer cette nouvelle édition dans le calendrier des salons des vins et spiritueux ?

L'annualisation, programmée dès 2017 après le prochain salon Vinisud 2016, est une expérimentation : nous proposerons aux exposants de la précédente édition une prime à la participation, sous la forme d'une remise de 15% sur le prix des stands. En ce qui concerne les dates, nous avons sciemment décidé de nous écarter de Prowein (programmé mi-mars) en arrêtant le prochain Vinisud les 15, 16 et 17 février 2016. Cet écart entre les deux salons va nous permettre de capter les acheteurs des pays tiers (Asie et Amérique du Nord), qui sont les plus intéressants en terme de potentiel de développement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :