Tiffanie Baso, jeune pousse prometteuse du design

La designeuse Tiffanie Baso expose actuellement virtuellement avec l’agence new-yorkaise Design Pier, et vient de décrocher le prix Créadie Jeunes Banque Populaire du Sud 2021. Rencontre avec une artiste et jeune entrepreneuse hébergée à la pépinière d’entreprises de Céret (Pyrénées-Orientales), qui conçoit un mobilier en bois évoquant le vivant et une sensibilité certaine.

3 mn

Tiffanie Baso conçoit et réalise un mobilier aux formes douces et fines, s'inspirant à la fois de la nature et du mouvement corporel de la danse...
Tiffanie Baso conçoit et réalise un mobilier aux formes douces et fines, s'inspirant à la fois de la nature et du mouvement corporel de la danse... (Crédits : DR)

Elle plie, tort et modèle le bois selon ses désirs, presque à l'image d'une pâte à modeler. Tiffanie Baso conçoit et réalise un mobilier aux formes douces et fines, évoquant tout à la fois l'humain et la nature. La jeune designeuse, installée depuis septembre dernier dans un atelier de la pépinière d'entreprises Vall-Up, à Céret dans les Pyrénées-Orientales, a découvert la technique du cintrage à la vapeur lorsqu'elle était étudiante en design à Montauban. C'est à cette époque qu'elle a réalisé sa toute première chaise.

« Je voulais parvenir à un résultat précis, et c'est pour y arriver que je me suis intéressée à cette technique, raconte-t-elle. Nous y avons travaillé avec mon enseignant, et j'ai découvert l'étendue des possibles avec le cintrage. »

« J'observe la nature, les branchages »

Le principe technique : choisir un bois de qualité avec peu de nœuds, le découper en fines lamelles et le placer dans une étuve. La vapeur attendrit la pièce, que Tiffanie modèle rapidement en la plaçant dans un moule. Cela peut paraître simple, de prime abord... Mais c'est au prix d'un certaine expérience qu'on parvient à dompter la matière. La technicité est bien entendu au service de la créativité.

« J'observe la nature, les branchages, en marchant dans la forêt, je m'inspire aussi des mouvements du corps dans la danse », explique cette artiste et entrepreneuse de 26 ans, pour qui le design se doit d'être source d'émotion et « d'allier le travail de la main et de l'esprit ».

Toute une philosophie de vie, une certaine liberté et un retour aux sources et aux éléments, en quelque sorte, pour Tiffanie, qui a étudié le design automobile et en est revenue. Dans cet esprit, elle utilise des essences produites en France et utilise des produits de protection éco-responsables.

Phase productive pendant le premier confinement

Tiffanie Baso a créé son entreprise, Magdeleine Design, en pleine crise Covid 19. L'annulation de plusieurs expositions l'aura empêchée de s'élancer aussi vite que prévu.

« J'ai mis à profit le premier confinement pour travailler sur ma production et me concentrer sur ma collection », explique-t-elle.

Après le contexte isolant des confinements, elle a pu participer récemment à l'exposition des Métiers d'Art à Saint-Cyprien et s'est réjouie d'échanger avec des passionnés. Repérée aux côtés d'une vingtaine de créateurs de chaises de par le monde, elle participe actuellement à une exposition virtuelle new-yorkaise de l'agence Design Pier. D'autres expositions, réelles celles-ci, devraient bientôt émerger.

Tiffanie Baso réalise également actuellement sa toute première commande et vient d'obtenir le prix Jeunes Banque Populaire du Sud, dans le cadre du Créadie 2021, organisé par l'Adie Occitanie et ses partenaires.

Après avoir travaillé sur une étagère, elle vient de valider le prototype d'un paravent. Autres pièces à venir : deux petites lampes, un fauteuil et un repose-pied. Une artiste à suivre.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.