Bouge-toi l'entreprise : quand les patrons interrogent le futur

 |   |  357  mots
Organisée par le Medef LR à Béziers le 14 novembre, la 4e édition de Bouge-toi l'entreprise accueillait Pierre Gattaz, président du syndicat patronal. L'occasion d'imaginer la France et l'entreprise de demain.  

Élu à la tête du Medef en juillet, Pierre Gattaz a profité de son passage par Béziers pour présenter, en présence de 400 personnes, le projet France 2020, lancé l'été dernier par l'organisation patronale. La démarche, en cours, aboutira à une publication, prévue le printemps prochain, qui portera la vision des chefs d'entreprise.

Pour Jean-Pierre Letartre, le P-dg d'EY, « il ne s'agira pas d'un rapport de plus mais d'un projet collaboratif, qui doit entraîner des changements de comportement ». Pierre Gattaz dénonce « un coût du travail trop élevé, de l'ordre de 100 Mds € par an » et liste cinq défis à relever : « la mondialisation, car nos entreprises n'exportent pas assez, la création des filières du futur, dans la dépendance notamment, le numérique, l'Europe et l'audace créatrice en permettant à un chef d'entreprise de rebondir même en cas d'échec ».

Pour sa part, Nicolas Chambon, président de Socri Gestion, conteste « l'empilement des réglementations et des administrations dans le secteur immobilier » et réclame « un interlocuteur par sujet ». Stéphane Escoffier, directeur général de l'agence biterroise Doyousoft, demande qu'on n'oublie pas les TPE et soulève les « enjeux d'infrastructures en matière de numérique ».

Sur la question plus spécifique de l'entreprise du futur, Christian Nibourel, P-dg d'Accenture, souhaite « une entreprise plus ouverte, plus diverse, plus collaborative », qui prenne le pied de ce qu'il appelle « les trois C, soit le cloisonnement, le clonage et le conformisme ». Une vision partagée par Pascal Chavernac, président de Sigma Méditerranée, pour qui « l'entreprise de demain devra travailler selon un schéma plus horizontal et dans le cadre de groupes d'entreprises ».

Ce qu'approuve Alain Foucaran, directeur de l'Institut d'électronique du Sud, qui note, en région, l'existence d'un « tissu de PME extrêmement innovantes ». Directeur général d'Ideco, Claude Hugonnet insiste sur « la vision du chef d'entreprise, ciment du collaboratif ». Il est rejoint par Didier Jourdan, directeur général de Sup de Co Montpellier, qui considère qu'il est de plus en plus important qu'une entreprise ait une « identité ».

Mathieu Bouchard

Crédit : Medef LR

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :