Numerus clausus : la faculté de médecine de Montpellier gagne 15 places

 |   |  277  mots
(Crédits : Université de Montpellier)
Paru au Journal officiel, le 11 janvier, l’arrêté fixant le nombre de places en deuxième année d’études de médecine confirme l’augmentation annoncée en novembre par Marisol Touraine. Elle se monte à 7 % pour l’université de Montpellier.

« Avec quinze places supplémentaires, nous allons passer de 209 places à 224 places en deuxième année d'études de médecine, se réjouit le Pr Michel Mondain, le doyen de la faculté de Montpellier. C'est une excellente nouvelle. Une telle augmentation n'avait pas eu lieu depuis des années. »

Cette mesure confirme l'engagement pris par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, qui avait annoncée à l'Assemblée nationale, le 24 novembre 2016, sa volonté d'accroître le numerus clausus.

À l'échelle nationale, 8 124 places seront ainsi ouvertes pour la rentrée 2017, soit 478 places de plus que pour l'année universitaire 2016-2017. Cela représente une hausse de 6 % du nombre total d'étudiants admis à l'issue du concours de fin de première année.

Remise en question du numerus clausus

Cette augmentation se concentre sur 26 facultés de médecine, « dans des régions déficitaires » en médecins, précise le ministère.

« C'est une prise de conscience des limites du numerus clausus en matière d'aménagement de la carte sanitaire, déclare Michel Mondain. Aujourd'hui, nous sommes confrontés à des zones d'hyper concentration, des déserts médicaux et des postes hospitaliers qui restent vacants. L'augmentation de ce quota est à poursuivre.»

Néanmoins, « inutile d'ouvrir totalement les vannes », précise le doyen de la faculté de médecine de Montpellier qui milite pour une augmentation régulière mais maîtrisée du numerus clausus.

« Une augmentation progressive nous permet de conserver l'excellence de nos formations, indique-t-il. Il fait raisonner en matière de capacité d'accueil au sein des facultés mais aussi au sein du milieu hospitalier où se réalisent les stages des étudiants. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :