Quand le numérique s'invite dans les vignes

 |   |  259  mots
Le secteur de l'agritech est en plein essor, notamment grâce à l'utilisation de drones
Le secteur de l'agritech est en plein essor, notamment grâce à l'utilisation de drones (Crédits : Thomas Tedesco)
L'usage des drones promet d'améliorer la connaissances des sols et des cultures. Démonstration, caméra infrarouge à l'appui, au Grand Mas d'Assas, organisée le 19 mai par l'UPE 30 et FrenchTech Culture Avignon.

Parce que 37% des TPE françaises ont du mal à identifier les bénéfices que le numérique peut apporter à leur entreprise, l'UPE 30, en partenariat avec FrenchTech Culture Avignon, a décidé de passer aux travaux pratiques, mercredi 18 mai, au sein d'un domaine viticole.

Entre Nîmes et Générac, au dessus des vignes du Grand Mas d'Assas, propriété d'Eric Giraudier (par ailleurs président de l'UPE 30), deux sociétés vauclusiennes ont présenté les avantages que pouvaient présenter l'utilisation d'un drone pour une meilleure connaissance des cultures.

"On peut, grâce à la caméra infrarouge et les algorithmes que nous avons développés, comprendre quelle parcelle est en stress hydrique, estimer la hauteur des plants, ou encore l'état des cultures, le tout en quelques heures seulement", explique Alexis Comar, P-dg d'Hi-Phen, une start-up avignonnaise, spin-off de l'INRA, qui compte notamment Bonduelle et Limagrain parmi ses clients.

"La transition numérique est un levier de développement incroyable car elle est transversale. Il ne faut pas en avoir peur mais la comprendre pour la saisir comme une chance", plaide Eric Giraudier.

Selon Jean-François Césarini, un des initiateurs de la FrenchTech Culture Avignon, une dizaine de start-ups en Vaucluse sont aujourd'hui recensées dans le secteur de l'agritech. Preuve que les grands groupes croient cette nouvelle façon d'appréhender l'agriculture et l'agronomie, la coopérative InVivo a également annoncé fin mars, l'investissement d'une cinquantaine de millions d'euros pour le développement d'un incubateur agro-digital à Montpellier d'ici la fin de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :